Skip to Content

Anticosti, Cacouna, sables bitumineux : l'heure est à la mobilisation

foule448x216-1.jpg

Alors que la communauté scientifique exhorte les gouvernements du monde entier à réduire les émissions de gaz à effet de serre, le Canada fonde sa prospérité actuelle et future sur l’exploitation du pétrole le plus polluant qui soit.

Projets de pipelines, exploitation des sables bitumineux, exploration pétrolière à l'île d'Anticosti, port méthanier à Cacouna, l’actualité converge autour de ces grands projets à forts impacts environnementaux et met en relief la dépendance au pétrole de nos societés… Et plus que jamais, les groupes de tous horizons se mobilisent pour dire NON!

Ce 12 mai, quatre centrales syndicales et cinq groupes écologistes, dont Équiterre, demandaient au gouvernement Couillard de respecter son engagement de tenir une évaluation environnementale stratégique sur la filière de l’exploitation des hydrocarbures au Québec avant tout forage - notamment sur Anticosti - et d’en faire un débat public.

Le 10 mai, des milliers de citoyens se réunissaient à travers une centaine d'événements partout au Canada, pour la journée nationale d’action « Défendons notre climat ». Au Québec, les citoyens de Sherbrooke, Québec, Chicoutimi, Cacouna et Montréal ont joint le mouvement pour proposer un modèle de prospérité qui ne se fait pas au détriment des conditions de vie sur terre. La rameuse Mylène Paquette était du nombre, à l’instar de plusieurs groupes citoyens, autochtones et écologistes, et s’est exprimée contre le transport de pétrole par oléoducs, qui selon elle met en péril une espèce dont elle est passionnée, les bélugas. Voyez l’événement de Montréal en images et ceux de partout au Canada!

Le 13 mars dernier, Équiterre lançait la pétition « Non aux sables bitumineux », qui a déjà amassé plus de 25 000 signatures et qui continue d’accumuler des appuis. L'avez-vous signée?

Pour joindre le mouvement

Pour emboîter le pas et dire non aux énergies sales qui profiteront d'abord et avant tout aux grandes pétrolières, plusieurs moyens d’action sont à votre disposition :

  • Joignez-vous à l’une des étapes de la grande Marche des Peuples pour la Terre Mère de 700 km, en 34 jours, partie de Cacouna ce 10 mai pour se rendre jusqu’à Kanesatake (Oka) au nord de Montréal le 14 juin, en suivant le tracé prévu de l'Oléoduc Énergie Est de TransCanada. Le but : manifester votre opposition aux projets d’oléoducs de sables bitumineux et à l’exploitation des hydrocarbures au Québec;
  • Faites comme des dizaines de milliers de personnes : signez et partagez la pétition « Non aux sables bitumineux » d’Équiterre. Le but : récolter plus de 150 000 signatures pour signifier clairement au gouvernement Harper le rejet de ce projet extrêmement polluant;
  • Visionnez le film de Dominic Champagne, Anticosti : La chasse au pétrole extrême. Le but : sensibiliser le grand public aux impacts environnementaux de ce projet sur un joyau de la nature québécoise;
  • Faites un don à Équiterre pour nous permettre de continuer à agir sur le terrain, auprès des organisations, des décideurs et des citoyens, dans ce dossier qui comporte des enjeux majeurs pour les générations actuelles et futures.

financement

J'approuve activement vos résolutions et actions, tous comme celle de la fondation David Susuki qui entreprend aussi des démarches concrètes juridiques. Mon dilème, ne pouvant donner à tous les organismes qui me touche, je me retrouve à devoir décider qui je supporterais financièrement. Une action et un financement conjoint de tous les principaux organisme ne serais pas plus bénifique? Plus tôt que de tenter des actions distincte, pourquoi ne pas combiner les énergie et ressource pour aller plus loin, avoir plus de poid en une action plus tôt que plusieurs plus petite actions?