Skip to Content

Copenhague - Quelles suites pour le Protocole de Kyoto?

Le Protocole de Kyoto, en vigueur depuis 2005, porte sur des objectifs de lutte au changement climatique pour la période 2008-2012. Déjà en 2009, on peut penser que le Protocole atteindra ses objectifs globaux, principalement grâce aux actions menées par l'Europe. Le Sommet de Copenhague, qui se tiendra du 7 au 18 décembre, ne vise pas à remplacer le Protocole de Kyoto, mais à définir de nouveaux objectifs pour la période 2013-2020. Les grands défis des négociations :

  • des engagements ambitieux des pays industrialisés à réduire leurs émissions de GES. Pour le moment, ces États s'engagent officieusement pour une moyenne d’environ 18 % de réduction sous les niveaux de 1990;
  • un engagement de plafonnement, voire de réduction des émissions de GES de la part des pays en développement. La Chine a déjà indiqué qu'elle entendait réduire l'intensité de ses émissions de 40 % à 45 %, «  un pas dans la bonne direction » selon l'Union européenne;
  • le soutien des pays industrialisés à l'adaptation des pays en voie de développement au changement climatique. Cela comprend une aide financière d'environ 100 milliards $ par an – l'Union européenne a avancé la possibilité de contribuer pour la moitié de cette somme –, ainsi que le partage des connaissances et technologies.

Quoi qu'il advienne à Copenhague, un fait demeure : la science, qui a permis au monde de s'industrialiser, lui sert un avertissement clair. Pour que la planète reste telle que nous la connaissons, les émissions globales de GES devront plafonner d'ici à 2020, et être réduites d'au moins 60 % d'ici à 2050.

Suivez le blogue d'Équiterre à Copenhague.