Skip to Content

Dans les médias du 10 mai

Du côté des transports en commun, on apprend dans le Journal Métro qu'Aéroports de Montréal (ADM) n'attend plus que l'aide financière d'Ottawa pour lancer son projet de navette ferroviaire. Par contre, ADM et l'Agence métropolitaine de transport ne s'entendent pas sur le tracé. Dans La Presse, François Cardinal fait son éditorial sur le fait que les gouvernements, notamment le gouvernement américain, commencent à réaliser l'importance de développer le vélo comme mode de transport.

Du côté de l'agriculture, la mésentente entre l'UPA et la Financière agricole suscite beaucoup d'intérêt. Dans Le Devoir, chronique de Jean-Robert Sansfaçon qui indique que, oui, l'agriculture a besoin de l'État; mais quand le président de l'UPA menace de paralyser le Québec pour faire échec à une réforme essentielle, il faudrait lui rappeler que les salariés qui subventionnent l'agriculture n'auront jamais, eux, la chance de léguer des actifs millionnaires à leurs enfants. Dans La Presse, lettre ouverte de Sylvain Charlebois sur le fait que le monopole de l'UPA ne pourra survivre face au déficit de 1,3 milliard de la Financière agricole et que le ministère de l'Agriculture commence à peine à s'inspirer de l'audace du rapport Pronovost, et que les Québécois y gagneront certainement.

Si vous vous intéressez au bâtiment durable, chronique de Steven Guilbeault dans le Journal Métro sur les développements Écocité, qui comprennent un triplex produisant autant d'énergie qu'il en consomme.

Dans Le Devoir, on apprend que l'objectif de stabiliser ou de ralentir le déclin de la biodiversité planétaire, objectif entériné par la communauté internationale en 2002, n'a pas été atteint selon l'ONU. En fait, l'empreinte écologique de l'humanité dépasse la capacité biologique de la Terre de manière plus importante que lors de l'acceptation de l'objectif 2010 pour la biodiversité.

La situation dans le golfe du Mexique ne s'améliore pas, plusieurs personnes s'inquiètent des dispersants utilisés pour contrer la marée noire, car on n'en connaît pas l'impact sur l'écosystème. Dans Le Devoir, on apprend que les autorités ont même demandé aux coiffeurs de plusieurs États américains de ramasser les cheveux et de les entasser dans des bas de nylon qui seront ensuite disposés dans les eaux du golfe du Mexique. Une livre de cheveux permet d'absorber 4 litres de pétrole. Aussi à lire, lettre ouverte d'un biologiste et de Jean-Jacques Stréliski sur la marée noire et sur le triste reflet des priorités et des valeurs des grandes pétrolières.

Finalement, un dépotoir de l'ouest d'Ottawa pourrait prochainement produire de l'électricité verte à partir des gaz qui émanent de son terrain d'enfouissement. Ce projet pourrait générer jusqu'à 6 mégawatts d'énergie renouvelable qui serait injectée dans le réseau électrique de la ville d'Ottawa. À lire dans La Presse.