Skip to Content

Équiterre reçoit la Dre Sanborn, du collège des médecins de famille de l'Ontario

Équiterre, en collaboration avec le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) et l'Association canadienne des médecins pour l'environnement (ACME), recevait le 5 février dernier, la Dre Margaret Sanborn, coauteure de la revue de littérature sur les effets des pesticides sur la santé humaine publiée par le Collège des médecins de famille de l’Ontario. De nombreux médecins et spécialistes de la santé publique étaient présents.

Après avoir examiné 142 études, cette revue fait état des liens entre l’exposition aux pesticides et diverses maladies neurologiques et respiratoires, de même que des problèmes du système reproducteur. Elle met également en lumière la vulnérabilité particulière des enfants à l’exposition aux pesticides, notamment durant la grossesse.

À la lumière de cette étude, le CQMF, l’ACME et Équiterre recommandent fortement d’éliminer toute exposition de la population – et spécialement des enfants – aux pesticides utilisés à des fins esthétiques. Le gouvernement du Québec a actuellement une rare occasion : le Code de gestion des pesticides, qui encadre l’usage des pesticides à des fins esthétiques, est en révision.

Le Québec faisait figure de pionnier en 2003 en adoptant son Code de gestion des pesticides, qui interdit la vente et l’usage de 20 ingrédients actifs entrant dans la composition de pesticides destinés aux pelouses et qui ne permet qu’une liste restreinte de pesticides sur les endroits fréquentés par les enfants. Or, certaines provinces canadiennes ont depuis dépassé le Québec.

Par exemple, l’usage de l’insecticide perméthrine est actuellement permis au Québec, en dépit du fait qu’il est considéré comme cancérigène probable chez l’humain par le gouvernement du Québec. Or, l’usage de cet insecticide à des fins esthétiques est interdit en Ontario.

Réclamez un renforcement du Code de gestion des pesticides du Québec, en signant la pétition!