Skip to Content

Le Québec et le Canada : deux visions divergentes

La position défendue par le gouvernement du Canada est si éloignée des préoccupations et des intérêts des Québécois que le premier ministre Jean Charest a décidé de se rendre lui-même à Copenhague pour présenter la vision du Québec. Les positions des deux gouvernements divergent :

  • sur les cibles de réduction des émissions de GES – le Québec vise -20 % (la cible la plus haute des États d'Amérique du Nord) et le Canada s'en tient à -3 % (la cible la plus faible de tous les pays industrialisés);
  • sur les sources de production d'énergie – le Québec mise sur les énergies renouvelables, avec l'hydroélectricité et l'éolien en tête, et le Canada favorise grandement l'exploitation du pétrole des sables bitumineux albertains;
  • sur la régulation des émissions de GES – le Québec a déjà intégré le Western Climate Initiative, un marché du carbone comprenant des États d’Amérique du Nord, dont la Californie et l'Ontario, alors que le Canada attend que les États-Unis imposent leurs normes avant d'agir.