Skip to Content

L'économie fantasmée : le rêve éveillé du pétrole d'Anticosti

Le pétrole d’Anticosti fait rêver. À entendre politiciens, leaders d’affaires et chroniqueurs, le salut économique du Québec en dépendrait. On ne sait pas combien il y en a, ni s’il serait économiquement rentable de l’exploiter, mais ce n’est pas grave : quand on rêve, la réalité exerce une moins grande emprise sur nous.

« Avec 45 milliards de dollars de retombées potentielles », nous dit la première ministre Marois, « il serait complètement irresponsable » de lever le nez sur le pétrole québécois, ajoute-t-on pour lui faire écho. Avec le pétrole d’Anticosti, le poids de la dette, le « mur fiscal », « le choc démographique » pourraient être conjurés, nos angoisses économiques apaisées. L’équité intergénérationnelle, la survie des programmes sociaux, le rééquilibre de notre balance commerciale s’appréhendent tout à coup sous un angle bien différent.

Pendant que certains fantasment sur le potentiel de l’Île au Trésor, l’économie réelle, celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui, souffre de faiblesses importantes sur lesquelles il convient de se pencher avec urgence. C’est sur cette économie réelle que devrait porter notre attention et nos interventions.

Consultez la suite de l'excellent billet d'Hugo Séguin sur notre blogue