Skip to Content

Les citoyens de l’Île d’Anticosti réagissent suite à Tout le monde en parle

Suite à l’affirmation de M. François Legault à l’émission Tout le monde en parle du 16 mars dernier selon laquelle « les 240 habitants de l’île d’Anticosti sont d’accord » avec le projet d’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti et que seuls quelques chevreuils s’y opposeraient, 48 AnticostienNEs ont diffusé et signé un communiqué de presse pour témoigner de leur opposition au projet.

Nous pouvons ainsi lire dans le communiqué: « nous désirons informer les QuébécoisEs que cette affirmation est fausse et insultante. Soyez certains qu'il n'y a pas seulement deux chevreuils qui s'opposent à la venue de cette industrie non durable sur Anticosti. La très grande majorité d’AnticostienNEs croit que leur avenir durable, et celui des QuébécoisEs d'ailleurs, ne passe pas par l'industrie pétrolière ».

Interpeller les partis sur l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti


Équiterre souhaite appuyer ces citoyens en profitant de l’occasion pour interpeller les différents partis en campagne électorale sur ce projet, et souligner qu’il serait irresponsable de se lancer dans une telle exploration sans aucune évaluation des bénéfices économiques, et des impacts sur la santé, sur l’environnement et le climat qui y sont liés.

Les citoyens d’Anticosti ajoutent, à l’intention des différents partis : « Nous, AnticostienNEs, désirons vous informer qu'à aucun moment nous n'avons été consultéEs, de quelle que façon que ce soit, au sujet des visées pétrolières sur l'île d'Anticosti, ni par le gouvernement du Québec ni par le conseil municipal. (…) Personne ne nous a présenté les risques que nous encourons, les dangers connus ou les bienfaits de la fracturation ».

Pour visionner l’entrevue de François Legault à ce sujet à Tout le monde en parle

(Visionnez à partir de 12:00 et l’extrait sur les habitants de l’île d’Anticosti est à 15:25).

Pour consulter le communiqué émis par Équiterre et ses partenaires lors de l’annonce du gouvernement du Québec à ce sujet.