Skip to Content

Nouvelle étude : le transport du pétrole de l'Ouest aura des retombées minimes pour le Québec

Actu - Lancement rapport The Goodman Group crédit: Greenpeace / Jiri Rezac

Le transport et le traitement du pétrole issu des sables bitumineux auront des retombées économiques négligeables pour le Québec. C'est la conclusion du nouveau rapport « Transport et traitement du pétrole brut des sables bitumineux au Québec : enjeux économiques » publié aujourd'hui par The Goodman Group, Greenpeace et Équiterre.

En effet, le secteur du pétrole brut contribue actuellement à 0,50 % (ou moins) de l'ensemble de l'économie du Québec et à 0,30 % (ou moins) de tous les emplois de cette province. Or, si tous les projets de pipelines proposés pour le Québec étaient approuvés, les activités d'exploitation de l'ensemble du secteur du pétrole brut ne feraient pas augmenter ni notre part de l'économie, ni le nombre d'emplois au Québec.

Chaque million de dollars investi dans les projets de construction d'oléoducs et d'amélioration des raffineries se traduit par la création d'environ huit années - personnes de travail au Québec. À titre comparatif, pour le même montant investi dans les énergies renouvelables, c'est 15 emplois qui sont créés dans ce secteur.

L'accroissement de la production des sables bitumineux liée au projet Énergie Est de TransCanada augmentera nos émissions de gaz à effet de serre de 32 millions de tonnes par année soit l'équivalent d'ajouter 7 millions de voiture sur nos routes par année. Le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada compromet déjà nos écosystèmes alors qu’aucune consultation n’a encore commencé.

Pour consulter l'étude en détail.

Pour lire le communiqué de presse.

Pour signer la pétition afin de dire non au projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Crédit photo: Greenpeace / Jiri Rezac