Skip to Content

C’est le temps de croquer le Québec!

par : 
Sidney Ribaux
Blog - Sidney Ribaux

Les vacances arrivent et nous serons bientôt tous en maillot de bain au bord d’un lac ou d’une piscine. S’imaginer ainsi nous fait parfois penser davantage à ce que l’on mange… Alors, parlons-en!

Si vous avez déjà tenté de perdre du poids, ou même d’en prendre, vous avez sans doute fait l’exercice de noter pendant une semaine ce que vous mangez. Le but est généralement de compter les calories ou les protéines que vous consommez. Mais avez-vous déjà fait l’exercice d’identifier le pourcentage de produits locaux dans votre assiette?

Non? Eh bien, le Gouvernement du Québec l’a fait pour vous. En moyenne, un tiers des aliments que l’on consomme proviennent d’agriculteurs de notre belle province. Or, le gouvernement aimerait faire passer cette part à 50%.

Il y de multiples raisons de consommer localement, mais en voici une qui m’a grandement surpris : pour produire une calorie de nourriture il faut en dépenser… 4! En effet, notre agriculture moderne consomme maintenant quatre calories, sous la forme de pétrole, de gaz naturel et d’électricité (peu importe le mode de production) pour chaque calorie qu’elle nous met sur la table.

Rassurez-vous, ces 4 calories supplémentaires n’affecteront en rien votre tour de taille. Elles auront toutefois un impact important sur la planète que vous lèguerez à vos enfants.

Voici donc 3 façons de réduire l’impact de votre alimentation sur la planète et plus particulièrement, la consommation d’énergies polluantes et d’émissions de gaz à effet de serre :

Consommez moins de viande et, notamment, moins de viande rouge. Celle-ci est la plus énergivore à produire. Le poulet, en revanche, est la viande la plus éco-énergétique, si je puis m’exprimer ainsi! La bonne nouvelle : en matière de protéines, ce qui est bon pour la planète est bon pour votre santé. Pour réduire les gaz à effet de serre, privilégiez, dans l’ordre, les légumineuses, le poisson, la volaille et réduisez au maximum la viande rouge. La planète et vos artères s’en porteront mieux.
Consommez des produits issus de fermes locales. Au Québec, on peut facilement consommer 75% d’aliments locaux l’été et l’automne. Nous produisons une grande variété de fruits, légumes, viandes et céréales de très bonne qualité. Ces produits frais et moins transformés seront aussi meilleurs pour la santé de toute votre petite famille… Et pourquoi pas en congeler; vous pourrez ainsi en profiter toute l’année.
Consommez des produits certifiés biologiques. Ce mode de production utilise 45% moins d’énergie puisqu’il emploie des techniques pour réduire au minimum le travail du sol. Et, vous l’aurez deviné, plusieurs études démontrent que consommer des produits biologiques a de multiples effets bénéfiques sur la santé humaine. Le simple fait que ces fermiers n’utilisent aucun pesticide, engrais chimiques ou organisme génétiquement modifié, est une raison suffisante selon moi pour les adopter.

Vous recherchez plus d’idées? Consultez le tout nouveau web-documentaire Épluche ta ville, réalisé par Équiterre. Vous y trouverez une boîte à outils remplie d’idées pour consommer localement et biologiquement à Montréal. En plus, vous pourrez visionner de courtes capsules vidéo sur des initiatives de production et consommation écologiques.

Je vous recommande d’aller voir, avec vos enfants, les capsules qui racontent l’histoire d’une école qui a mis sur pied un jardin et d’un CPE qui a décidé d’offrir des produits bios à ses enfants (entre autres, parce que les pesticides que l’on retrouve dans les aliments ont un impact plus important sur les enfants que sur les adultes…)

Cet été, adoptez le régime «local», notre environnement s’en portera mieux!

Chronique du journal Métro