Skip to Content

Climat : Harper continue de s'enfoncer

Blog - Steven Guilbeault

La ministre fédérale de l’Environnement, Mme Leona Aglukkaq, a prononcé ces mots vendredi dernier pendant un discours : « Notre gouvernement a pris des mesures décisives afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre [NDLR : la cible que s’est fixée le fédéral pour 2030 est d’émettre 30 % moins de GES qu’en 2005] tout en créant de bons emplois bien payés pour les Canadiens ».

Non, mais quel ramassis de mensonges!

Pourquoi? D’abord parce qu’Ottawa a choisi l’année de référence 2005 plutôt que 1990. Ce faisant, c’est un peu comme si M. Harper tentait d’effacer par magie la hausse des émissions survenue entre 1990 et 2005. Or, les émissions, qui équivalaient à 613 millions de tonnes de CO2 en 1990, sont passées à plus de 749 tonnes en 2005, soit une hausse de plus de 20 %!

Si l’on rapporte l’objectif annoncé par M. Harper sur l’année de base 1990, il ne s’agit plus que d’une réduction de 14 % de la part du fédéral. L’Ontario, elle, a déjà annoncé une réduction de 37 % sous le seuil de 1990 d’ici 2030, alors que la Californie et l’Union européenne ont annoncé des réductions de 40 % pour la même période.

Quant au Québec, il devrait déjà être à 20 % sous les niveaux de 1990 en 2020, et probablement autour des cibles de ses partenaires du Western Climate Initiative, l’Ontario et la Californie, en 2030.

De plus, depuis 2006, chaque ministre de l’Environnement de Stephen Harper a promis un plan de lutte aux changements climatiques. Des plans de lutte qui sont tous restés lettre morte, tout comme les objectifs de réduction des GES auxquels Stephen Harper s’est lui-même engagé à Copenhague en 2009.

André Pratte, dans son éditorial de La Presse de mercredi, peut bien critiquer les groupes écolos, mais comment croire le gouvernement au vu des chiffres cités plus tôt?

Je rappelle aussi à M. Pratte que son propre journal rapportait hier qu’on s’attend à ce que 185 000 emplois soient perdus à cause de la baisse des prix du pétrole. On repassera pour les « bons emplois bien payés pour les Canadiens ».

De plus, pour atteindre la cible qu’il s’est fixée, M. Harper compte acheter des crédits de GES internationaux afin de compenser les émissions croissantes des sables bitumineux, plutôt que de réglementer ce secteur qui connaît la croissance d’émissions la plus rapide au pays.

Dois-je rappeler que le Canada se place parmi les 10 plus grands émetteurs de la planète? Or, l’Alberta est responsable de 73 % de la croissance des émissions de GES du Canada depuis 1990, et pourtant le fédéral n’a pas dit un mot sur les sables bitumineux dans l’annonce de la semaine dernière. Espérer réduire les GES au Canada sans s’attaquer à la pollution que causent les sables bitumineux est un peu comme s’attaquer à un problème de surpoids en ne voulant faire ni plus d’exercice ni modofier son alimentation!