Skip to Content

L’année du transport en commun?

Blog - Steven Guilbeault

L’année du transport en commun? C’est du moins ce que le maire Denis Coderre répète à qui veut l’entendre depuis quelque temps.

Pourtant, l’étude du budget 2015 déposé au conseil municipal la semaine dernière nous incite à faire une lecture un peu différente.

L’augmentation de 25M $ de la contribution de la ville au financement de la Société de transport de Montréal (STM) peut certainement apparaître comme une bonne nouvelle, mais cette hausse ne fait que pallier la réduction budgétaire que la STM a subie l’an dernier.

Pire, la ville utilise de l’argent qui devait servir à financer le développement des services de transports collectifs, mais n’en alloue en fait qu’une partie à la STM, ce qui force cette dernière à réduire son offre de service depuis 2013.

Tout cela alors que la demande explose et que le transport collectif s’impose comme étant LA solution prioritaire pour l’atteinte des objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) que le Québec s’est fixés pour 2020.

Le maire Coderre pourra certainement, pendant un temps, faire valoir que l’arrivée au comité exécutif de l’ancien dirigeant de Projet Montréal, Richard Bergeron, est un gage de son engagement envers le transport collectif. Cette stratégie pourrait toutefois rapidement s’essouffler face aux diminutions de service que devra inévitablement imposer la STM, faute de moyens.

On peut facilement comprendre que M. Bergeron ait envie de réaliser l’un de ses rêves les plus chers: le retour du tramway à Montréal, et que, de toute évidence, le maire l’a convaincu qu’il avait plus de chance de le faire à l’intérieur de son équipe qu’à l’extérieur.

Selon l’organisme Transit – Alliance pour le transport collectif, la STM a été forcée de rendre une subvention de 8M $ à Québec parce que la Ville de Montréal n’a pas fourni une part équivalente pour l’augmentation de l’offre de service. C’est donc 16 M $ qui ne seront pas investis dans le transport collectif cette année.

Avec les sommes qui manquent, les tarifs poursuivent leur hausse, et il y a eu des coupes de 3,1 % dans le service en 2014… Drôle de façon de commencer l’année du transport collectif!