Skip to Content

Le Québec à l'heure des choix

Blog - Steven Guilbeault

Le virage pro-pétrole annoncé dans le budget du ministre Marceau et le « virage radical inévitable » annoncé dans le rapport devant servir de base à la future stratégie énergétique de la ministre Ouellet, révélé par Le Devoir samedi, retiennent l’attention cette semaine.

Il est un peu étrange que la stratégie énergétique de Mme Ouellet soit coulée de cette façon à l’aube d’une élection. Peut-être Mme Ouellet avait-elle des difficultés à faire accepter par ses collègues du Conseil des ministres certains des éléments de cette stratégie?

Je pense entre autres au constat suivant: alors que le gouvernement Marois s’est engagé à réduire de 25% les émissions de GES d’ici 2020, le rapport de Mme Ouellet estime qu’il serait possible «d’espérer les diminuer de 15% d’ici 2025». Je soupçonne le ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet ,de ne pas être particulièrement heureux de ce constat.

J’imagine que si le «450» est un champ de bataille important pour la prochaine élection, l’idée de se fixer un objectif de réduction du nombre de kilomètres parcourus par véhicule par personne ne serait pas des plus politiquement attrayante, même s’il s’agit d’un objectif hautement souhaitable.

Là où le gouvernement Marois trouvera un certain réconfort dans le rapport de Mme Ouellet, c’est sur la question des hydrocarbures, dans la mesure où il n’y tourne pas le dos tout en soulignant qu’il ne serait pas opportun de commencer l’exploitation maintenant. Le rapport souligne également que cette filière ne passe pas le test de l’acceptabilité sociale.

J’ai salué la stratégie du gouvernement sur l’électrification et les investissements annoncés pour la mettre en œuvre. Toutefois, les 250M$ annoncés par le ministre Nicolas Marceau pour plonger dans l’aventure pétrolière sont presque équivalents à ceux consacrés à l’électrification. Cela même si le ministre Blanchet affirmait récemment que nous sommes à 10 ans d’une exploitation commerciale.

Combien de centaines de millions Québec investira-t-il dans le pétrole avant de voir l’ombre des retombées économiques, si jamais elles se manifestent? Il semble probable que le «virage radical» proposé par le rapport de Mme Ouellet devra se faire attendre.