Skip to Content

Les changements climatiques à l’ordre du jour en investissement responsable

par : 
Brenda Plant
Blog - Brenda Plant

La période des REER étant terminée, les particuliers pensent moins à l’investissement. Toutefois, le printemps est une période chargée pour beaucoup de sociétés de fonds d’investissement responsable, puisque les entreprises incluses dans leur portefeuille tiennent leur assemblée générale annuelle durant cette période. C’est d’ailleurs à ce moment que les investisseurs passent au vote sur un certain nombre de résolutions en lien avec la gestion de l’entreprise (pour les entreprises cotées en bourse).

Ces résolutions amènent souvent l’entreprise à faire évoluer ses politiques et à identifier les problématiques majeures qui peuvent altérer la rentabilité et ternir sa réputation. Dans la majorité des cas, la direction de l’entreprise s’oppose aux changements proposés. Néanmoins, ces suggestions gagnent de plus en plus d’appuis au sein des grands investisseurs traditionnels.

Les résolutions en termes de problématiques sociales et environnementales sont souvent assimilées à un signal d’alerte précoce. En effet, par le passé, les entreprises cotées en bourse ont identifié plusieurs secteurs financiers à risques, incluant les changements climatiques et la crise des prêts hypothécaires (subprimes), et ce bien des années avant qu’on ne parle de ces problématique ni même qu’on ne les reconnaisse.

Depuis quelques années, les changements climatiques constituent la problématique environnementale la plus importante sur laquelle on demande aux entreprises de fournir des efforts.

Comment cela fonctionne-t-il?
 

Plusieurs groupes d’investissement responsable ont soumis les propositions d’actionnaires concernant cette problématique (environnementale) aux entreprises faisant partie de leur portefeuille. Par la suite, avant l’assemblée générale annuelle, ces entreprises doivent soumettre au vote les résolutions proposées à tous leurs investisseurs.

Normalement, ces propositions sous-entendent qu’à long terme, les entreprises doivent être responsables sur le plan de l’environnement, de même que vis à vis leurs employés, fournisseurs et clients. Les entreprises doivent enfin satisfaire les intérêts de la communauté dans laquelle elles évoluent. Être socialement et écologiquement responsable ne signifie pas seulement respecter les exigences minimales de performances sociales et environnementales élaborées par la législation !

Les entreprises cotées en bourse envoient un communiqué à leurs actionnaires, à la fois pour les informer de la prochaine assemblée générale et pour leur demander de voter un certain nombre de résolutions. La direction conseille aussi les actionnaires sur leur façon de voter. Dans la grande majorité des cas, pour les résolutions liées au climat (ou toute autre résolution proposée par une minorité d’actionnaires), la direction recommande aux actionnaires de voter contre les propositions et elle présente les raisons de cette recommandation dans un document annexe.

Pour beaucoup de fonds d’investissement responsable au Canada, l’objectif est de dialoguer avec les entreprises et de parvenir à des solutions acceptables. Le dialogue constructif permet aux fonds d’investissement responsable de retirer une proposition soumise avant qu’elle ne soit votée ou même d’éviter directement d’avoir à soumettre une résolution.

La culture de dépôt de résolutions est plus prononcée aux États-Unis. Il existe un grand nombre de résolutions d’actionnaires en lien avec la problématique des changements climatiques soumises aux États-Unis. Ces dernières sont élaborées par des ONG et des fonds d’investissement responsable américains. Cependant les fonds d'investissement canadiens détiennent bien souvent des entreprises américaines dans leur portefeuille. Ainsi elles ont toujours la responsabilité et l’opportunité d’exprimer leur vote sur ces problématiques.

Des investisseurs plus socialement et écologiquement responsables
 

Selon le rapport d’activités du Proxy Preview 2015 une étude créée par la fondation As you Sow en collaboration avec le Sustainable Investment Institute et le Impact Proxy, 76 résolutions concernant la taxation du carbone, la production d’énergie, et la gestion des risques ont été introduites cette année aux États-Unis.

Au-delà des demandes permanentes relatives à la communication des émissions de gaz à effet de serre, et sur l’instauration de cibles chiffrées afin de réduire ces émissions, les investisseurs responsables veulent en entendre davantage sur la mesure et la gestion des émissions de méthane notamment lors des opérations d’exploitation de pétrole et de gaz.

Les partisans souhaitent aussi que les entreprises partagent l’information sur la façon dont elles géreront l’avenir quand la demande en énergie fossile sera moindre. Ils demandent également aux entreprises de justifier les coûts importants nécessaires pour les extractions « non traditionnelles » d’énergies fossiles.

Ces investisseurs soutiennent qu’une action plus soutenue de la part des entreprises est nécessaire et que les actifs « carbone » sont susceptibles d’être immobilisés. En effet, les lois et les règlements relatifs au climat se renforcent et les chaînes d’approvisionnement globales deviennent de plus en plus risquées.

Consultez le rapport complet évoquant les 433 résolutions concernant des problématiques sociales et environnementales qui ont été soumises aux entreprises américaines par des investisseurs responsables.

Que pouvez-vous faire?
 

Les opportunités de vote à venir en matière de changements climatiques sont légion.

Ainsi, si vous détenez des actions d’entreprises américaines à travers un fonds commun, vous pourriez demander au gestionnaire du fonds comment ont été et comment sont votées les résolutions en lien avec le climat.

Si vous détenez des actions directement dans l’une de ces entreprises, assurez-vous de voter à chaque fois que vous en avez l’opportunité!

Pour mieux comprendre les votes des actionnaires : http://www.ethiquette.ca/strategies/engagement-des-actionnaires/

 

Fonds Desjardins Environnement

Je voulais mettre mes REER dans des fonds éthiques ou environnementaux. Je viens de découvrir le fond Desjardins environnement est composé d'actions d'Enbridge et de Suncor. De plus, ce fond ce retrouve dans les fonds SociéTerre Desjardins. On nous vend des gestionnaires de fonds mais il est très difficile de voir la composition des fonds. Je suis choquée de constater la composition du fond environnement et je ne sais pas quoi faire.