Skip to Content

Lettre à André Pratte

Blog - Steven Guilbeault

Cher André,

Comme bien des gens au Québec, je vous lis semaine après semaine. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de discuter à quelques reprises des questions d’énergie et d’environnement et, malgré nos points de vue souvent divergents, j’ai appris à respecter votre opinion.

Je dois toutefois avouer avoir de la difficulté à suivre votre raisonnement sur la question du pétrole des sables bitumineux.

Commençons par les éléments sur lesquels nous nous entendons :

  • Vous avez, à plusieurs reprises, condamné l’inaction du gouvernement Harper dans la lutte contre les changements climatiques.
  • Vous avez également critiqué la gestion des sables bitumineux et affirmé que le fédéral « doit absolument prendre des mesures réglementaires pour imposer à l’industrie des efforts supplémentaires ».

Pourtant, malgré l’absence flagrante de quelque mesure fédérale que ce soit en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES), vous continuez à appuyer sans réserve ce secteur. De plus, vous appuyez l’utilisation du Québec comme lieu de passage pour ce que l’ensemble des experts considère comme l’un des pétroles les plus polluants du monde. Le ferez-vous encore maintenant que l’Office national de l’énergie ne considérera en aucun cas les effets du projet de TransCanada sur le climat?

Nos points de vue divergent également sur plusieurs éléments. Vous avez affirmé à quelques reprises que les émissions de GES des sables bitumineux ne sont « qu’un grain de sable » sur le plan international, voire une « minuscule » contribution.

Si on considère les choses sous cet angle, aucune exploitation pétrolière ne passerait votre test. Je vous mets par contre au défi de trouver un groupe d’une quarantaine de compagnies dont l’empreinte carbone soit aussi élevée. De plus, alors que, sur une base unitaire, les GES de l’extraction pétrolière des sables bitumineux avaient diminué dans les années 1990, elles ont recommencé à augmenter dans les années 2000 avec l’utilisation de la technologie Steam-Assisted Gravity Drainage (SAGD).

Quant aux bénéfices économiques liés à l’utilisation du pétrole albertain au Québec, n’est-il pas curieux qu’alors que ce pétrole semblait si essentiel pour nos raffineries, il se soit retrouvé sur des bateaux et ait été destiné à l’exportation dès son arrivée au Québec? On sait maintenant que ce sera au rythme d’un pétrolier tous les deux jours que sortira de Cacouna le pétrole de l’Ouest.

TransCanada n’a aucun contrat d’approvisionnement au Québec, et ce n’est d’ailleurs probablement pas pour alimenter les raffineries québécoises que des ports pétroliers sont prévus à Cacouna et à Saint John…

Lettre à André Pratte

Ne perd donc plus de temps avec ce type, Steven. Tu es bien poli, c'est à ton honneur, mais débattre avec ce suppôt des corporations te détourne effectivement un peu. Ne donnes pas raison à Edelman. Le temps passé à répondre à ses sornettes m'apparait bien futile. Amicalement, Marc Tranquille, Lachine