Skip to Content

Marchons pour la Terre

Le printemps va bientôt nous réchauffer le visage et l’âme et, avec lui, viendra le Jour de la Terre, une occasion pour réfléchir, agir et… marcher pour un futur plus vert et plus sain.

Le 22 avril 2012, 14 h 30: j’étais au beau milieu de la plus importante marche pour l’environnement de l’histoire du pays. Flanqué de mes enfants et de ma douce moitié, je regardais avec émerveillement des dizaines de milliers de personnes déferler de la place des Festivals jusqu’au parc du Mont-Royal.

Jamais je n’ai été aussi fier de faire partie du mouvement environnemental.
Par la suite, nous nous sommes demandé quels avaient été les résultats de cette marche. La réponse n’est pas simple. Les 300 000 personnes qui ont marché ce jour-là (et sans doute les dizaines de milliers d’autres qui n’ont pas pu s’y rendre pour cause de congestion dans les métros), avaient des motivations variées. Les résultats ont été grands et aussi différents que les participants.

Je peux vous garantir une chose : les promoteurs de pesticides, d’autoroutes urbaines, de mines d’uranium et de pipelines de sables bitumineux ont compris qu’ils auraient des citoyens gonflés à bloc sur le chemin de leur prochain projet.

Il est impossible de démontrer l’existence d’un lien de cause à effet entre la marche du 22 avril 2012 et le fait qu’aux dernières élections, les promesses environnementales étaient plus nombreuses et plus substantielles qu’elles ne l’avaient jamais été; que le Gouvernement a annulé un prêt à une mine d’amiante; qu’Hydro-Québec a annoncé la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly II; que la ministre des Ressources naturelles a décrété un moratoire officiel sur les gaz de schistes et que la compagnie Enbridge investit soudainement des millions de dollars en relations publiques et en dons à qui veut bien en recevoir pour faire accepter un projet qui aurait autrement dû passer comme du beurre dans la poêle : une simple inversion de pipeline…

Je ne peux pas démontrer que ce lien existe, mais je peux vous affirmer que la voix de l’environnement est aujourd’hui plus forte à cause de cette marche. Et chaque geste qui rend la voix de Gaia plus forte doit être répété.

C’est pourquoi Équiterre, Enjeu, AQLPA, Nature Québec, Projets Saint-Laurent, Greenpeace et la Fondation David Suzuki organiseront une fois de plus ce printemps une marche pour la Terre.

Comme l’an passé, la marche débutera à la place des Festivals, le dimanche 21 avril prochain, à 14 h. Marquez-le à votre agenda, aimez cette page et confirmez votre présence le 21 avril.

Dites-le à vos amis, ce printemps, on marche pour la Terre!

Chronique du Journal Métro