Skip to Content

Montréal devrait-il bannir les sacs de plastique?

Blog - Steven Guilbeault

Un milliard… Nous consommons, selon des chiffres de 2012, au Québec seulement, un milliard de sacs de plastique… par année!

C’est sans doute pour répondre à ce constat épeurant que la ville de Montréal entend tenir des consultations publiques, en mai, sur l’idée de bannir l’utilisation de ces sacs.

La bonne nouvelle, c’est que nous avons réduit notre consommation d’environ 60 % depuis 2007. Il y a seulement sept ans, notre consommation annuelle de sacs en plastique s’élevait à 2,2 milliards. Cette importante baisse est due, à priori, à un travail de sensibilisation effectué d’abord par quelques organismes qui se sont acharnés sur le dossier. Il reste beaucoup de chemin à faire.

Vous avez sans doute entendu parler de ces îles de plastique flottant qu’on retrouve dans plusieurs de nos océans, notamment dans le Pacifique et l’Atlantique. Il ne s’agit pas d’« îles » à proprement parler, mais bien de grandes concentrations de plastique qui se retrouvent à quelques endroits dans nos océans, entraînées là par les grands courants marins.

Je me souviens encore du regard de mon ami Jean Lemire qui me racontait avoir vu une de ces îles et les dommages que cela cause à l’environnement.

Songez également aux plastiques qui se dégradent en fines particules et qui sont assimilés dans la chaîne alimentaire; dans les moules, les poissons et même dans le miel; un problème dont on commence à peine à mesurer les impacts.

Comme c’est souvent le cas au moment de mettre en place de nouvelles mesures environnementales, certains agitent l’épouvantail des impacts économiques si la Ville devait aller de l’avant… Et pourtant, des centaines de villes, l’État de la Californie et même le Bangladesh ont déjà adopté une telle mesure.

La ville de San Francisco a commandé une étude sur les impacts économiques de cette mesure. Conclusion : il en résulte des économies importantes pour les commerces.

Outre les sacs de plastique, nous serions mûrs au Québec pour une évaluation de notre système de collecte sélective et des types de plastique que nous utilisons ici. Il existe en effet plusieurs plastiques différents, certains recyclables, d’autres non. En outre, certaines régions recyclent certains plastiques, mais pas d’autres… Bref, c’est un beau bordel.

Donc, à la question « Mont­réal devrait-elle bannir les sacs de plastique? », la réponse est « oui », sans l’ombre d’un doute!

Bannir le plastique...et proposer des solutions de rechange

OUI, bien sûr, à bannir les sacs de plastique. Et il faut aller plus loin, plus vite! Au Québec, on devrait dès maintenant interdire la fabrication et l'utilisation des plastiques qui ne sont pas recyclables. On devrait aussi financer publiquement la recherche et le développement qui vise à créer des sacs et des contenants composés de matières organiques décomposables. C'est commencé (ex. sacs faits de maïs), mais la volonté politique n'est pas au rendez-vous et le lobbying de l'industrie pétrochimique puissant. Un bon début serait effectivement d'exiger une étude du système de collecte sélective au Québec, des types de plastique que nous utilisons et des impacts sur nos sites d'enfouissement et notre environnement.