Skip to Content

Pas de surprise au débat sur le transport et l'environnement

Blog - Steven Guilbeault

Les quatre principaux candidats à la mairie de Montréal se sont affrontés, la semaine dernière, à propos des questions de transport, d’aménagement et d’environnement. Le débat était organisé par le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CREMTL).

Le tout s’est déroulé devant une salle comble, où s’étaient réunies plus de 350 personnes, à l’UQAM, et était diffusé sur le web sur le site du CREMTL.

J’ai eu le plaisir d’être le modérateur de ce débat qui nous a permis de voir à la fois les points de convergence, et les éléments qui séparent les positions des divers partis.

Un grand consensus : la carotte
D’abord, tous s’entendent sur la nécessité d’augmenter l’offre de transport collectif, mais pas nécessairement sur les modes de transport à privilégier.

Mélanie Joly met de l’avant le Service rapide par bus (SRB), qu’on nomme aussi «métro de surface» en raison de l’aménagement de quais pour les autobus.

Du côté de Richard Bergeron, qui n’a pas entendu parler de son projet de ramener le tramway à Montréal? C’est un moyen de transport qui a été développé avec succès dans plusieurs grandes villes d’Europe.

Selon messieurs Coderre et Côté, il faut privilégier les modes qui demandent moins d’investissements, comme les voies réservées, lesquelles ont aussi l’avantage de pouvoir être déployées plus rapidement.

Évidemment, on ne saurait étudier la viabilité et l’efficacité de différents moyens de transport sur la seule base du coût de construction. Le calcul qu’on doit faire est celui du coût par passager déplacé.

Et le bâton?
Là où les partis ne s’entendent pas, c’est sur le recours à des mesures visant à décourager l’utilisation du voiturage en solo. Sur cette question, deux camps se dessinent. D’une part, M. Coderre et M. Côté ont montré de sérieuses réserves à utiliser ce genre de mesure ou encore à rendre certaines rues strictement piétonnières, comme les projets des rues Sainte-Catherine et Saint-Paul. Mélanie Joly et Richard Bergeron sont quant à eux très favorables à ce genre de mesures.

En somme, pas de grande surprise lors de ce débat, sinon que Richard Bergeron et Mélanie Joly ont fait preuve d’une meilleure connaissance et de plus de détermination quant à la résolution de ces enjeux.

Pour revoir le débat sur Vimeo

Pour consulter la chronique de Steven Guilbeault dans le Journal Métro