Skip to Content

Pour le financement du transport en commun

Blog - Steven Guilbeault

L’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, TRANSIT, a lancé une pétition la semaine dernière intitulée «Le transport en commun, la solution». Cette pétition se trouve sur le site de l’Assemblée nationale et peut être signée jusqu’au 17 septembre prochain.

Pourquoi une énième pétition sur le financement du transport en commun, me demanderez-vous?

Peut-être pour rappeler à Mme Marois son engagement, pris durant la campagne électorale, de «rééquilibrer le financement entre le transport routier et le transport en commun», ou encore celui de réduire notre dépendance au pétrole de 30 % d’ici 2020.

Peut-être pour espérer atteindre l’objectif de réduction des émissions de GES de 25 % sous les niveaux de 1990 d’ici 2020, objectif fixé par ce même gouvernement, alors que le transport représente 43 % desdites émissions.

Ou serait-ce pour rappeler que les investissements dans le transport collectif n’ont pas augmenté dans le dernier budget de M. Marceau, alors que le ministre des Transports a annoncé un investissement de 400 M$ pour le prolongement de l’autoroute 19?

Vous rappelez-vous la dernière fois où des investissements dans de nouvelles infrastructures de transport en commun (je ne parle pas d’entretien ou de renouvellement d’équipement existant) ont été faits à Montréal? Moi non plus. J’avais 18 ans à l’époque.

Est-ce que, comme moi, vous trouvez ça pas mal aberrant qu’on ne soit pas capable de trouver les 20 M$ nécessaires pour boucler le budget de la STM, mais qu’on puisse trouver des centaines de millions de dollars pour la 19, la 25, la 30, etc.?

Selon un rapport fait pour le compte de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, une dépense en transport en commun crée au Québec 2,8 fois plus d’emplois et 2,6 fois plus de valeur ajoutée que la même dépense en automobile.

Alors pour l’une ou l’autre de ces raisons, je vous invite à signer la pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-423...

Mea culpa
Plusieurs personnes m’ont reproché, avec raison, d’avoir exagéré le nombre d’emplois liés à la production d’énergie éolienne au Québec dans mon article de la semaine dernière. J’y parlais de 50 000 emplois, alors que ce chiffre aurait dû être 5 000. Toutes mes excuses.

Publié dans La vie en vert du Journal Métro