Skip to Content

Pour un autre mode de développement

Blog - Steven Guilbeault

Deux annonces importantes faites la semaine dernière risquent d’influencer la manière dont nous allons non seulement penser le développement de notre société au cours des prochaines décennies, mais aussi y procéder.

La première et certainement la plus importante des deux est celle des chefs de trois nations autochtones, réunis à Halifax pour la rencontre annuelle de l’Assemblée des Premières Nations, qui ont exigé un moratoire de 12 ans sur toute activité de l’industrie pétrolière et gazière dans le golfe du Saint-Laurent.

Les chefs des nations innue, malécite et micmaque estiment que les projets d’exploitation pétrolière et gazière dans le golfe sont risqués d’un point de vue environnemental et qu’ils contreviennent probablement à leurs droits ancestraux. Une telle résolution de la part de chefs des Premières Nations il y a une année à peine n’aurait probablement pas fait les manchettes, mais le jugement de la Cour suprême reconnaissant, pour la première fois, un titre ancestral autochtone sur le territoire de six bandes d’une Première Nation britanno-colombienne a tout changé. La Cour leur confirme en effet le droit de gérer un territoire de plus de 1750 km2.

Que ce soit pour les projets miniers, les projets de développement énergétique, tels les sables bitumineux, ou encore les projets de pipelines, la reconnaissance du droit de gestion s’applique désormais. Après avoir longtemps fait fi des droits ancestraux des Premières Nations canadiennes, les gouvernements fédéraux et provinciaux devront maintenant composer avec cette nouvelle donne.

L’autre annonce qui a retenu mon attention est celle du ministre québécois de l’Environnement, David Heurtel, quant à la mise sur pied d’un comité-conseil sur les changements climatiques. Il s’attend à ce que ce comité conseille le gouvernement sur les orientations et les actions les plus porteuses en matière de lutte aux changements climatiques.

Le comité devra notamment se pencher sur quatre chantiers, dont la détermination de la cible de réduction des émissions de GES post-2020, le développement accru des technologies propres et l’élaboration d’un plan de transition vers une économie moins consommatrice de carbone à moyen et à long terme.

L’un dans l’autre, ces travaux devraient alimenter le débat sur de meilleures façons d’assurer notre développement et notre prospérité en tenant compte à la fois de considérations sociales et environnementales.

Pour suivre la chronique La vie en vert de Steven Guilbeault dans le journal Métro.

PLQ et retour sur ses positions économiques

Bonjour. En plus, emprunt des idées de la CAQ. Le PQ de PKP, du vrai Hollande. Je considère qu'à ce stade-ci, avec les menaces,du PC,des coupures sur tout organisme qui ose poser des questions, il faudrait penser à organiser des forums citoyens sur les problématiques, mais aussi et surtout sur les solutions écolo-sociales-économiques concrètes. Les regroupements sociaux pourraient consulter les citoyens par l'entremise de leur site. Utilisons le questionnement pour trouver les solutions. D'abord,quels sont les enjeux fondamentaux qui déterminent tous les autres (éducation, écologie, justice sociale, pauvreté, inégalité,.......). C'est le questionnement qui est notre réel pouvoir. Mais la pensée unique semble avoir "séduit" la majotrité qui a épousé son slogan: je suis une ressource disposable et si je gagne la course de l'employabilité je serai récompensé..... Du conformisme religieux au conformisme de l'employabilité-consumérisme. Le conformisme est l'éteignoire du questionnement. À lire: le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall: tous manipulés tous manipulateurs. L'écologie ne concerne-t'elle pas au premier chef, l'écologie humaine: qui et qu'est-ce que nous sommes ? Pour une éducation adéquate et non de l'instrumentalisation. À prendre au sérieux: NON au trans humance des fous milliardaires qui se pensent au-dessus. L'argent donne le sens de la nouvelle supériorité. L'Évolution selon le néo-libéralisme: j'ai plus d'argent, je suis plus supérieur. Vous croyez qu'ils ne pensent pas comme ça !!! Mais la néo-bio-technologie est leur grand espoir de devenir des dieux parmis les hommes serviteurs. Dans leur imaginaire ils sont devenus des trans - humains à valeur ajoutée: immortel. Patri Friedman, petit-fils de…, flotte en eau ultralibérale Pierric Marissal Mercredi, 3 Septembre, 2014 <<>> http://www.humanite.fr/patri-friedman-petit-fils-de-flotte-en-eau-ultral... Transhumanisme Canal savoir (Québec) Durée : 1 émission – 60 min Jusqu’où repousser les limites du corps humain? Jusqu’où va-t-on et jusqu’où devrait-on aller pour tenter de modifier le corps humain afin d’améliorer ses performances athlétiques, de repousser les maladies, le vieillissement et éventuellement la mort? Discussions éthiques et morales. Gilbert Hottois, universitaire et philosophe belge, spécialiste des questions d’éthique et de la technoscience, professeur à l’Université libre de Bruxelles Thomas De Koninck, philosophe québécois, professeur titulaire à la Faculté de philosophie de l’Université Laval Céline Lafontaine, professeure agrégée, département de sociologie, Université de Montréal DIFFUSIONS : Mardi 02 décembre 2014 à 18:00 Jeudi 04 décembre 2014 à 14:00 Albert Jacquard nous a prévenus: oui a toute la connaissance, NON a toutes les applications. Une métaphore: On juge un arbre à ses fruits. Lisez le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall: tous manipulés tous manipulateurs.