Skip to Content

Qui a peur des altermondialistes ?

par : 
Hugo Séguin
Blog - Altermondialistes

Un lecteur du blogue d'Équiterre nous a fait parvenir une vidéo de l'Americans for Prosperity, une de ces organisations de la droite américaine faisant la promotion de la liberté du marché, de faire des sous et de les garder pour soi. Il semble que cette organisation en ait ces temps-ci contre les négociations sur le climat.

Son cri de ralliement « Global Warming Alarmism: Lost Jobs, Higher Taxes, Less Freedom ». Sa thèse : la lutte aux changements climatiques nous mène tout droit au communisme. La preuve : il y avait des militants communistes au Sommet de Copenhague!

J'ai eu beaucoup de plaisir à écouter cette vidéo, ne serait-ce que pour réentendre l'hymne soviétique, que je trouve magnifique, sous réserve d'en comprendre un jour les paroles.

J'aimerais ajouter de l'eau au moulin de ceux et celles qui s'inquiètent de ce fait et faire monter le niveau d'alerte à orange foncé : il y a bien pire!

Dès la première journée ici à Cancun, des manifestants nous accueillaient près de l'entrée du centre de conférence avec des tracts et des pancartes en faveur du végétalisme. Les carottes sont pleines de béta-carotène et sont aussi excellentes pour sauver la planète. Une campagne bien orchestrée, avec de la publicité sur les taxis de Cancun, manifestement bien financée par un réseau occulte de bailleurs de fonds influents. Si j'étais blogueur pour Réseau Liberté Québec, j'en concluerais immédiatement que tout ça est probablement contrôlé par la maison-mère de Québec Solidaire en Iran.

Mais ce n'est pas tout! Pendant que les communistes chantent leurs chansons révolutionnaires en brandissant leurs oriflammes et que les végétalistes nous lancent des navets, il y a aussi des cercles de danse spirituelle appelant la Pachamama à sauver la Terre et à la couvrir de ses bienfaits. Il y a aussi des mouvements pour la défense des invertébrés, des militants de la dianétique, des séances d'initiation au voyage astral et le mouvement des guides et des jeannettes.

La seule consolation que je peux offrir aux militants conservateurs, c'est que si ces gens finissent par gagner, le pire qui pourrait vous arriver c'est d'être emportés par une vague d'amour pour son prochain.

L'altermondialisme est pluriel, très mal coordonné (est-il même coordonnable?), traversé de courants et de manifestations plus ou moins éphémères. Ses diverses formes d'expression sont encore très minoritaires dans le domaine des changements climatiques. L'impact de ces mouvements est pratiquement nul ici à Cancun, à l'exception notable de certains pays d'Amérique du Sud (Bolivie, Équateur, Venezuela) qui répercutent une partie du message altermondialiste jusque dans les plénières de négociations.

L'altermondialisme est minoritaire, mais il est révélateur de grands malaises qui parcourent le monde aujourd'hui, notamment celui que crée la marchandisation du monde. Et aussi celui qui entoure le réchauffement de la planète et ses causes. Malaises auxquels des centaines de millions d'entre nous s'identifient d'une façon ou l'autre, sans pour autant vouloir s'inscrire à une séance de voyage astral.

C'est ce malaise que l'on sent ici, au coeur de ces négociations d'une démoniaque complexité. Chez les négociateurs, les scientifiques, les ONG et les gens d'affaires de partout, le malaise se transforme en sentiment d'urgence. On sent ici la pression de la société civile mondiale, celle que vous et moi contribuons à créer en suivant les enjeux. En demandant à nos gouvernements de passer à l'action. En posant des gestes autour de nous. En nous inquiétant et en demandant des comptes.

Se servir de certains groupes altermondialistes comme épouvantails, comme le font certains groupes de droite, n'a rien à voir avec la réalité. Et ne sert en définitive que certains intérêts bien compris.

Répercuter l'idée que la lutte aux changements climatiques mène tout droit au communisme parce qu'on a vu des drapeaux rouges flotter dans une manif fait injure à l'intelligence de ceux qui colportent ce genre de raisonnement.

En plus de faire injure à la nôtre. Et de détourner l'attention des enjeux.

Et de nous faire perdre notre temps.

Éphémérides

Rien à rapporter. Je veux croire les rapports qui nous parviennent à l'effet que la Chine et les États-Unis seraient sortis tout revigorés d'une séance de counselling.

Sinon, calme plat.

La revue de presse de Julien