Skip to Content

Si les enfants pouvaient voter

Blog - Sidney Ribaux

- Papa?
- Oui, chérie.
- Pourquoi tu dis « wow » en regardant ton téléphone?
- Hmmm, c’est trop compliqué à t’expliquer.
- Papa! Je veux que tu m’expliques.
- OK. Il y a un monsieur qui se lance en politique et cela est surprenant.
- Pourquoi c’est surprenant?
- Parce qu’il est riche.
- Riche comme toi?
- Non, 10 000 fois plus riche que papa.
- Ah, bon.
  (silence)
- Avec son argent, il va t’aider à sauver la planète le monsieur?
- Je ne sais pas encore, chérie!

Comment expliquer à ma fille que la venue de Pierre Karl Péladeau est plutôt une stratégie du PQ pour contrer la CAQ? Comment lui expliquer que pour l’instant, aucun des trois principaux partis n’a fait de l’environnement son cheval de bataille?

Alors qu’aux dernières élections, ces trois partis étaient unanimes sur la nécessité de réduire les gaz à effet de serre, cette fois-ci, ils sont plutôt unanimes sur le contraire : l’exploitation du pétrole et la couverture du sol québécois de pipelines remplies de pétrole des sables bitumineux. D’ailleurs, est-ce un hasard que TransCanada ait choisi de déposer son projet de pipeline (Énergie Est) de 4 400 kilomètres le premier jour des élections au Québec? Du coup, presque aucun média n’en a parlé…

Il y a un mois, Pauline Marois a visité la garderie de mon fils. À cinq ans et à l’instar de sa grande sœur de sept ans, il a commencé à s’intéresser à la politique lui aussi. La semaine passée, alors que l’Office national de l’énergie annonçait qu’il approuvait le pipeline d’Enbridge et que j’étais donc un peu découragé, j’ai eu la conversation suivante avec mon fils.

- Papa?
- Oui mon grand.
- Est-ce que tu parles à la première ministre parfois?
- Oui, mais pas souvent.
- Est-ce qu’elle va t’aider à sauver la planète?
- Pas aujourd’hui, non.
- Pourquoi? Elle est méchante? Elle veut la détruire?

(À cette question, je ne savais pas trop quoi répondre…)

- Elle n’est pas méchante, mais papa n’arrive pas toujours à la convaincre de poser les bons gestes. Peut-être que tu devrais lui parler. Peut-être qu’elle t’écouterait plus que moi.
- D’accord papa, je vais lui parler!

Il attend sa prochaine visite, d’un pied ferme.

P.S. Québec a laissé passer l’approbation du projet de pipeline d’Enbridge (300 000 barils par jour), mais il est encore temps de s’opposer au projet d’Énergie Est de TransCanada (1,1 million de barils par jour). Si vous (ou votre enfant) parlez à un candidat pendant la campagne électorale, demandez-lui donc de s’engager à faire une évaluation environnementale en bonne et due forme du projet (puisque le Fédéral ne le fera certainement pas).