Skip to Content

Terrain d'entente entre écologistes et gens d'affaires?

par : 
Hugo Séguin
Blog - Feuille d'érable pétrole

Lundi dernier, au beau milieu d'une catastrophe environnementale sans précédent dans le Golfe du Mexique, la pétrolière Enbridge, en partenariat avec le magazine d'affaires Corporate Knights, consultait « d'éminents Canadiens » sur ce que devrait contenir une éventuelle politique énergétique fédérale. Une série de recommandations sera déposée au gouvernement à la suite d'une tournée de quatre villes canadiennes (Toronto, Montréal, Calgary et Vancouver). Chaque séance est animée par Evan Solomon, animateur télé vedette de CBC (Power and Politics).

Au-delà du fait que je considère avec méfiance toute tentative de contrôle des ressources énergétiques canadiennes à partir d'une tour à bureaux d'Ottawa, l'occasion est belle de passer notre message.

La question posée à la cantonade : « Quels sont les éléments qui rendent le Canada unique dans le monde, au plan énergétique? Que faudrait-il faire pour que nous devenions une superpuissance énergétique verte? ».

Venant d'une pétrolière, je trouve d'emblée la question culottée. Ou empreinte d'angélisme.

On m'invite à donner la perspective environnementale. J'indique aux organisateurs que ça me ferait plaisir, mais que c'est à leurs risques et périls. On me fait comprendre qu'ils cherchent justement un contrepoids aux propos des gens d'affaires qui peuplent d'ordinaire ce type de consultations.

Ok.

Dans un petit amphithéâtre de la Bourse de Montréal (ou de ce qui en reste), une maigre centaine de personnes attendent sagement l'arrivée des pannellistes. Qui finissent par arriver. Je suis assis à côté de Jean Charest (pas prévu, ça), lui-même flanqué de l'excellente Johanne Gélinas (de chez Deloite & Touche, ex-Commissaire fédérale à l'environnement), de Bernard Lamarre (ex-Lavalin, maintenant au CA de Suncor) et de la passionnée Sophie Brochu (PDG de Gaz Métro).

D'ailleurs, anecdote : une photo des pannellistes est prise quelques minutes avant l'entrée sur scène. Vu l'exiguité des lieux, le photographe nous demande de nous serrer autour du premier ministre. Celui-ci d'étendre les bras vers nous, en riant : « faites semblant d'avoir voté pour moi ! », dans un immense sourire carnassier.

Suave. J'imagine qu'il faut garder le sens de l'humour (et de l'autodérision) quand on a un taux d'insatisfaction à 76%.

Or, donc, le Canada. Qu'est-ce qui nous rend uniques en matière énergétique? Après avoir présenté les trois révolutions contemporaines qui convergent et se renforcent (l'insécurité énergétique, la lutte aux changements climatiques et l'essor de l'économie verte), voici en gros ma position à ce sujet :

  • Nous consommons trop d'énergie, de façon inefficace, et cette énergie provient en grande partie des mauvaises filières. Selon l'Agence internationale de l'énergie, la société canadienne est la plus énergivore de tous les pays de l'OCDE. Et toujours selon l'AIE, 85% de l'énergie consommée au Canada est d'origine fossile. 
  • Le Canada est l'un des plus grands pollueurs au monde, notamment en matière de gaz à effet de serre. Nous arrivons au 8ème rang mondial au niveau de la production totale de GES, en plus de nous situer à l'avant-dernier rang des pays de l'OCDE en matière d'émissions de GES per capita. D'ailleurs, même le très conservateur Conference Board of Canada octroie un « D » au Canada en cette matière. Pour sa part, la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie classe le Canada avant-dernier parmi les pays de l'OCDE en matière d'intensité-carbone de l'économie, ce qui nous rend vulnérables à d'éventuelles mesures commerciales pénalisant ce type de pollution. 
  • Le Canada est l'un des pays du G20 qui investit le moins dans l'essor de l'économie verte (cleantechs, transports avancés, énergies renouvelables). La financière HSBC nous classe au 10ème rang sur 13 en matière d'investissements verts par rapport à nos concurrents, dont les États-Unis, l'Europe et la Chine. Le Conference Board arrive au même constat et s'inquiète que les entreprises canadiennes sont en train de manquer le bateau. 
  • Par contre, le Canada continue de subventionner grassement le secteur du pétrole et du gaz, à hauteur de 2 milliards $ par année selon l'Institut Pembina, alors que ne sont pas renouvelés des programmes de soutien aux énergies renouvelables (ecoEnergie - énergies renouvelables). 
  • Finalement, le Canada est le principal resquilleur mondial en matière d'efforts de lutte aux changements climatiques. Nous sommes champions toute catégorie pour laisser aux autres le soin de faire le travail, pendant que nous continuons de carboniser l'atmosphère. 

Voilà pour ce qui nous rend « uniques » sur la scène internationale.

- « Quoi faire, alors? », de demander l'animateur vedette de la CBC.

- « Geler la production des sables bitumineux au niveau actuel de 1,2 millions de barils par jour serait un bon départ. À ce niveau, c'est déjà une catastrophe environnementale. Arrêtons-nous là et essayons de « verdir » la production, si c'est possible. »

- « Irréaliste! », me fais-je répondre en choeur. (À ce stade, le premier ministre a déjà quitté pour un autre événement).

- « Quoi d'autre ? », me demande-t-on à nouveau.

- « Il faut mettre un prix sur le carbone. Une taxe, ou une bourse, ou les deux. Mais on doit intégrer les impacts environnementaux dans le prix des biens que nous consommons ».

À ce propos, tout le monde semble d'accord. Pas pire. C'est au moins une base de travail.

L'expérience m'a laissé un goût amer : on sent chez plusieurs gens d'affaires une grande aisance désormais à parler de développement durable et à souhaiter « trouver les moyens de rendre notre économie soutenable ». Mais quand on parle de limiter la croissance d'un secteur comme celui des sables bitumineux - parce que cette croissance n'est justement pas soutenable - là, le discours d'affaires décroche trop souvent : rien ne saurait freiner la sacro-sainte croissance.

Je veux bien que les écolos commencent à parler de croissance.

Mais il va falloir que les gens d'affaires aillent plus loin que des formules creuses.

Question de crédibilité pour eux.

Sinon, on arrive très rapidement à la conclusion que l'avis de la communauté des affaires est bienvenue, mais que ce n'est pas à eux de définir les politiques énergétiques au Canada, mais plutôt à nos élus, idéalement soutenus par la population. Non ?

p.s. : l'émission de radio Désautels a fait un compte-rendu de cette rencontre: on peut la consulter ici sous le titre « Terrain d'entente entre écologistes et gens d'affaires ».

p.p.s : un vidéo de la conférence est disponible sur youtube ici.

Gens d'affaire et environnement - encore et toujours le PR

Merci Hugo pour ce bon billet. Mais es-tu réellement surpris que les gens d'affaire maîtrisent si bien le volet Relations publiques de l'environnement (comme on le sait une grande majorité des québécois ont des valeurs environnementales fortes)? C'est ce qui leur compte. Jouer la carte du "checkez ça comme on est vert!!! on veut vraaaaaaiment que les choses changent. On a toujours été à la fine pointe de l'innovation et c'est pas sur le point de changer!" lorsque, justement, leur mode d'expansion et de création de profit n'est pas sur le point de changer. Les PDGs et les gens aux comm des grandes entreprises industrielles et extractrices de ressources naturelles n'ont pas intérêt à changer leur pratique pour l'instant parce qu'assez de gens sont encore prêts à les laisser faire. Ou encore parce qu'assez de gens ne savent pas les effets de ces compagnies et comment elles sont au centre de notre économie. Les PDGs nous parlent de développement durable, du fait qu'ils font du compostage à la maison, puis continuent... Drille baby drille comme tu dis. Certes, quelques gens d'affaire ont un réel désir de changer les choses, mais pour la plupart, ils sont dans l'obligation de maximiser les profits coûte que coûte, histoire de satisfaire les investisseurs et actionnaires qui, eux, n'ont un langage : la cote en bourse. C'est d'ailleurs là dessus que les individus conscientisés peuvent avoir un effet... Sortons nos investissements des grandes banques, investissons dans des institutions sociales, coopératives, solidaires. Nos REER, fond de pensions et al financent les pires atrocités du monde, au nord comme au sud. C'est comme ça que ça fonctionne le monde des affaires : faut faire du cash, tassez-vous de là si ça fait pas votre affaire. D'ailleurs, j'ai peur des fois qu'Équiterre se fasse avoir à ce jeu. Autant je suis fier d'être membre d'Équiterre et d'appuyer ces nombreux programmes, autant parfois j'ai l'impression que les partenariats avec les Loblaws et Bell de ce monde aide justement ces entreprises à avoir l'air beaucoup plus "vertes" qu'elles le sont vraiment, ce qui a un effet pervers auprès des individus moins pessimistes que moi qui, se fiant aux médias et aux organismes comme Équiterre, ont l'impression que Telus est une entreprise qui a vraiment l'environnement à coeur. Je n'y crois tout simplement pas. Ou du moins, s'ils le croient réellement, ils se mettent le doigt dans l'oeil avec toute cette production de gadgets électroniques qui finiront par nous intoxiquer la vie et la planète.