Skip to Content

Bilan de l’année 2009 d’Équiterre

Montréal, 21 décembre 2009 - Il va sans dire que 2009 aura été l’année des changements climatiques au Québec et sur la planète entière. Équiterre a été au cœur de cet enjeu, bien que d’autres dossiers méritent d’être soulignés.

Le Québec sur la bonne voie… sur papier!

Le gouvernement Charest a emboîté le pas à la volonté populaire en novembre dernier en se donnant l’objectif de réduction de gaz à effet de serre le plus ambitieux en Amérique du Nord soit 20 %, d’ici 2020, sous les niveaux de 1990. Cet engagement, encensé par plusieurs, arrive après l’adoption d’une loi sur le marché du carbone qui place le Québec parmi les leaders dans ce domaine. Il devra maintenant être cohérent avec ces objectifs en investissant dans les transports en commun, en révisant le projet de l’échangeur Turcot et en révisant sa loi sur l’aménagement du territoire (prévu en 2010). De plus, malgré son objectif de réduction de gaz à effet de serre fort louable, le Québec est appelé à relever le défi de réduire sa dépendance au pétrole, protégeant et renforçant ainsi l’économie de la province tout en s’outillant pour affronter un futur choc pétrolier.

Pendant ce temps, le gouvernement Harper…

Au fédéral, le premier ministre Harper et son cabinet persistent dans leurs positions déraisonnables, et ce, malgré la grogne populaire. Sondages après sondages, la population canadienne a démontré qu’elle n’était pas en accord avec les décisions et positions du gouvernement fédéral sur la question des changements climatiques. Après plus de trois ans de ce gouvernement et deux plans de lutte aux changements climatiques jamais mis en œuvre, les émissions canadiennes ne sont aujourd'hui soumises à aucune mesure d'encadrement visant leur diminution.

De nombreuses rencontres internationales sur l'environnement et les changements climatiques ont démontré la piètre performance du gouvernement fédéral en la matière. Les exemples sont nombreux : à Bonn pour la rencontre préparatoire de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques où l’on a constaté l’inaction du gouvernement; à New York pour le Sommet des chefs d’état sur les changements climatiques où Harper a brillé par son absence; à Barcelone lors des négociations internationales sur le climat où les représentants canadiens ont souhaité qu’une éventuelle entente sur le climat soit moins ambitieuse, moins contraignante et moins équitable; et tout récemment lors du Sommet de Copenhague pendant lequel le Canada s’est vu remettre le prix fossile de l’année pour ses positions et objectifs peu constructifs.

Et pourtant, nos voisins donnent l’exemple

En comparaison, les États-Unis de Barack Obama ont voté l’adoption de mesures vigoureuses en faveur de l'efficacité énergétique, du développement des énergies alternatives et renouvelables ainsi que des infrastructures de transport collectif et durable. Le président Obama ainsi que plusieurs grands leaders ont investi massivement dans les énergies renouvelables et le développement durable dans le cadre de leur plan de relance économique, du jamais vu.

Changer le monde, plus que jamais

Le Sommet de Copenhague a clairement démontré l’énorme défi posé par les changements climatiques. Plusieurs pays et régions du globe sont déjà affectés par cette catastrophe planétaire et l’on peut y voir un lien avec l’augmentation du nombre de personnes souffrant de la faim qui est passé de 800 millions à un milliard. Ce défi a obligé les ONG et les nations à travailler ensemble sur des objectifs communs.

Les entreprises et les citoyens ont aussi démontré qu’ils étaient inquiets pour l’avenir de la planète et ont décidé d’agir concrètement. Le Défi Climat a mobilisé 290 entreprises québécoises et a réussi à rejoindre plus de 36 000 citoyens qui se sont engagés à poser des gestes concrets afin de lutter contre les changements climatiques. Tout au long de l’année, notamment lors du 24 octobre et pendant les journées d’action sur le climat du 11 au 14 décembre, la population canadienne et mondiale s’est mobilisée comme jamais pour démontrer son intérêt à lutter activement contre les changements climatiques. L’année 2009 en fut indéniablement une d’engagement autant pour les citoyens que pour les entreprises!

Pesticides et agriculture

Bien que l’enjeu central de 2009 ait été les changements climatiques, les pesticides ont aussi attiré l’attention d’une façon bien peu positive. La compagnie Dow Agrosciences a en effet intenté une poursuite envers le Canada : elle prétend que le Code de gestion des pesticides du Québec contrevient à certaines dispositions du Chapitre 11 de l’Accord de libre-échange nord-américain en interdisant la vente du 2,4-D. Équiterre et près d’une cinquantaine d’organisations continueront à défendre ce Code et suivront de près ce dossier en 2010 pour protéger les citoyens des produits chimiques potentiellement cancérigènes.

Pétrole sale

Le pétrole des sables bitumineux a aussi beaucoup fait jaser. Alors que le Québec, la Colombie-Britannique ou l’Ontario se donnaient des objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre, l’entêtement du gouvernement fédéral à vouloir protéger cette industrie polluante pourrait venir miner le leadership et les efforts des provinces. Que ce soit lors du Conseil de la fédération qui regroupait tous les premiers ministres des provinces ou lors des rencontres sur les changements climatiques, les sables bitumineux ont été un enjeu de discussion de premier ordre. Même à l’étranger, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, plusieurs pays et leaders politiques veulent se dissocier de cette industrie de haute teneur en carbone. De plus, Équiterre continuera de suivre le projet de pipeline Trailbreaker qui propose de faire transiger du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers le Québec.

Un peu de justice

Alors que le café certifié équitable avait déjà trouvé sa place sur les tablettes des grandes surfaces québécoises et dans les garde-manger des citoyens, c’est au tour du chocolat équitable cette année de se faire connaître. Plusieurs grandes entreprises de chocolat commercial ont annoncé que leurs tablettes de chocolat seraient bientôt conçues à partir de cacao équitable, une bonne nouvelle pour les travailleurs du Sud. De son côté, Équiterre a lancé une campagne de sensibilisation sur le web avec une animation éducative décapante démontrant les avantages indéniables du chocolat équitable et qui a été vu par plus de 17 000 personnes, un beau succès.

Des nominations chez Équiterre

Plusieurs personnes d’Équiterre se sont démarquées en 2009. Tout d’abord, Équiterre a accueilli Clément Guimond, ex-coordonnateur général de la Caisse d'économie solidaire Desjardins de Québec comme président de son conseil d’administration. Steven Guilbeault, coordonnateur général adjoint s’est vu nommé membre du prestigieux Cercle des Phénix de l’environnement alors que Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre, s’est vu décerner le premier Prix canadien de l’innovation environnementale par la Société géographique royale du Canada. De son côté, Hugo Séguin, coordonnateur aux choix collectifs, a été élu président du Réseau Action climat (CAN-RAC Canada).

Maison du développement durable

Le projet de la Maison du développement durable a définitivement pris de l’ampleur en 2009 notamment grâce au groupe Mes Aieux qui est devenu l’ambassadeur officiel du projet en mai dernier. De nombreuses entreprises, dont Bell, Cascades et Rona ont aussi décidé de devenir partenaires de ce projet grandiose en faisant de généraux dons. L’année 2010 verra donc naître le projet de la Maison du développement durable aux coins des rues Ste-Catherine et Clark à Montréal, une vitrine pour le bâtiment durable et pour le milieu environnemental québécois.

 

En 2010, Équiterre continuera de suivre des enjeux de transport comme le développement des transports en commun et l’échangeur Turcot, le renouvellement de la politique agricole québécoise et, bien sûr, les changements climatiques. Trois rendez-vous de ce côté, deux sous l’auspice des Nations Unies, à Bonn au mois de juin et à Mexico au mois de décembre ainsi que le G-20 à Toronto qui sera présidé par M. Harper… Plusieurs beaux défis en perspective!

-30-

 

Source :
Sidney Ribaux
514-910-2024
 

Flux d'information :