Skip to Content

Conclusion de BONN 2 - Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques - Réaction de Hugo Séguin, coordonnateur Choix collectifs chez Équiterre

Bonn, Allemagne, 12 juin 2009 – « Bien qu'on ait commencé à mettre en forme les différents morceaux du futur traité de Copenhague, il n'y a eu aucun progrès sur les deux enjeux les plus importants de ces négociations. Les cibles de réductions d'émissions de pollution des pays industrialisés, dont fait partie le Canada, sont toujours désespérément en deçà de ce qui est nécessaire, et les engagements des pays riches pour aider les pays en développement à faire face aux changements climatiques ne sont pas encore au rendez-vous.

On sent la grande frustration des pays en développement devant la résistance de certains pays industrialisés, dont le Canada, à se donner des objectifs de réductions qui nous donneraient au moins une chance d'éviter des changements climatiques « dangereux », selon les termes utilisés par la communauté scientifique internationale.

La communauté internationale en a particulièrement voulu au Canada et au Japon au cours des deux dernières semaines. D'abord parce que ces deux pays se sont donnés des cibles de réduction dérisoires, qui n'ont rien à voir avec les cibles d'autres grands pays européens, par exemple, ni avec ce que les scientifiques identifient déjà comme un minimum. Ensuite parce que ces deux pays ont réussi à bloquer une entente sur un objectif de réduction commun pour l'ensemble des pays développés.

Il reste moins de 180 jours avant Copenhague. C'est le temps que le Canada a pour changer sa position, s'engager fermement dans la lutte aux changements climatiques en réduisant réellement ses émissions. Pour l'instant, nous avons les plus faibles cibles de réductions des pays industrialisés, ce qui est inacceptable », a réagi Hugo Séguin d'Équiterre.

Source:
Éveline Trudel-Fugère
Équiterre
514-605-2000