Skip to Content

Déclaration des chefs de file canadiens et américains de l'environnement et de la conservation sur le climat, l'énergie et la conservation des espaces naturels

Washington, 4 juin 2009 - Les dirigeants des grandes organisations canadiennes et américaines oeuvrant dans le domaine de la conservation et de la protection de l'environnement se sont réunis près de Washington, D.C.. Leur objectif était de discuter des enjeux d'intérêt commun comme le climat, l'énergie et la conservation d'espaces naturels, ainsi que des possibilités de coordonner les actions des deux pays pour mieux s'y attaquer, tenant compte de l'intégration des marchés canadiens et américains. Finalement, ils devaient discuter de la nécessité mutuelle de créer des emplois dans le secteur des énergies propres et renouvelables.

Compte tenu de l'ingéniosité dont peuvent faire preuve nos sociétés, il est possible de s'attaquer avec succès aux grands problèmes écologiques de notre temps. Nous pouvons arrêter la détérioration de notre atmosphère, créer des emplois manufacturiers en mettant à profit l'énergie solaire et éolienne, améliorer notre sécurité en réduisant notre dépendance au pétrole, minimiser les impacts catastrophiques des changements climatiques sur les communautés humaines et naturelles et protéger nos territoires naturels fragiles, comme l'Arctique et la forêt boréale.

Les dirigeants des organisations environnementales du Canada et des États-Unis demandent aux deux pays de:

• Faire preuve d'un leadership fort à l'échelle mondiale – particulièrement pendant la période qui précède la rencontre de Copenhague sur les changements climatiques – et au niveau national pour s'attaquer avec vigueur aux enjeux climatiques. Plusieurs états, provinces et peuples autochtones agissent déjà très concrètement et démontrent leur leadership pour contrer la détérioration de notre atmosphère, notamment en implantant des politiques de protection efficaces.

• Élaborer des politiques basées sur les connaissances scientifiques sur les changements climatiques et prendre des décisions qui visent à gérer les ressources naturelles de la meilleure façon possible pour assurer la survie de la faune sauvage et des systèmes naturels dans un contexte de réchauffement planétaire.

• Adopter un moratoire sur le développement des sables bitumineux et n'approuver aucune nouvelle infrastructure qui nous condamnerait à utiliser des carburants liquides sales comme ceux provenant des sables ou des schistes bitumineux et du charbon liquide. La production de pétrole à partir des sables bitumineux est la source d'émission de gaz à effet de serre (GES) qui croît le plus rapidement au Canada. Cette industrie a un impact dévastateur sur les écosystèmes de la forêt boréale, sur les oiseaux migrateurs et sur la qualité de l'eau et de l'air. La pollution qui découle de la production de combustibles à partir de charbon liquide, de schistes et de sables bitumineux pourrait annuler les gains réalisés par la réduction de la consommation du pétrole et d'autres mesures mises en place pour réduire les GES.

• Augmenter les investissements dans le secteur des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et de la conservation de l'énergie. Ces investissements auront pour effets de favoriser la prospérité grâce aux nouvelles technologies et de stimuler la création d'emplois dans le secteur des énergies propres. Pour minimiser les impacts sur le monde naturel, il est essentiel d'obtenir un engagement pancontinental visant à améliorer l'efficacité énergétique et à assurer une expansion rapide des énergies renouvelables. De plus, la meilleure façon d'améliorer la sécurité énergétique est d'investir dans les énergies les plus propres possible et de mettre un frein à notre dépendance aux énergies fossiles.

• Adopter un moratoire sur la pêche industrielle et le développement dans l'océan Arctique jusqu'à ce qu'on ait réalisé une analyse scientifique complète, tenant compte des plus récentes données sur les impacts des changements climatiques, et jusqu'à ce qu'on ait mis sur pied un système écosystémique, basé sur le principe de précaution, pour la gestion des activités industrielles.

• Travailler de concert avec toutes les nations et tous les peuples de l'Arctique pour éliminer les sources de pollution dans l'Arctique, incluant celles d'origine terrestre.

• Protéger la forêt boréale de l'Amérique du Nord parce qu'elle constitue l'une des plus grandes forêts sauvages intactes du monde et parce que ses arbres et ses tourbières jouent un rôle essentiel comme réservoir de carbone mondial.

 

Chefs de file de l'environnement et de la conservation des États-Unis

Margie Alt, Directrice générale, Environment America

Frances Beinecke, Président, Natural Resources Defense Council

Brent Blackwelder, Président, Friends of the Earth

John Flicker, Président, National Audubon Society

Robert Gruenig, Directeur général adjoint, National Tribal
Environmental Council

David Hoskins, Directeur général, Izaak Walton League

Gene Karpinski, Président, League of Conservation Voters

Fred Krupp, Président, Environmental Defense Fund

Daniel Magraw, Président, Center for International Environmental Law

William Meadows, Président, The Wilderness Society

Carl Pope, Directeur général, Sierra Club

Phil Radford, Directeur général, Greenpeace

Will Rogers, Président, The Trust for Public Land

Rodger Schlickeisen, Président, Defenders of Wildlife

Larry Schweiger, Président & CEO, National Wildlife Federation

John Seager, Directeur général, Population Connection

Andrew Sharpless, Directeur général, Oceana

Trip Van Noppen, Président, Earthjustice

Rand Wentworth, Président, Land Trust Alliance

Peter Wilk, Directeur général, Physicians for Social Responsibility

Rebecca Wodder, Président, American Rivers

Chefs de file de l'environnement et de la conservation du Canada

Rick Bates, Directeur général, Canadian Wilderness Federation

Bruce Cox, Directeur général, Greenpeace Canada

Stephen Hazell, Directeur général, Sierra Club Canada

Eric Hebert-Daly, Directeur exécutif national, Canadian Parks and Wilderness Society

Bob Oliver, Directeur général, Pollution Probe

Marlo Raynolds, Directeur général Pembina Institute

Sidney Ribaux, Cofondateur et coordonnateur général, Equiterre

Graham Saul, Directeur général, Climate Action Network Canada

Rick Smith, Directeur général, Environmental Defence Canada