Skip to Content

Départ de Steven Guilbeault d’Équiterre

Sidney Ribaux, actuellement directeur général de l’organisme, devient maintenant son principal porte-parole et annonce une réorganisation au sein de l’équipe de direction

 

Montréal, le 12 octobre 2018 – C’est avec nostalgie que Sidney Ribaux, directeur général et cofondateur d’Équiterre, a annoncé le départ de Steven Guilbeault du plus important organisme environnemental du Québec. Il y a 25 ans, les deux hommes avaient fondé Équiterre avec quatre autre amis et militants écologistes.

« Steven est une force incroyable au sein du mouvement environnemental canadien. Ce fut un immense plaisir de travailler avec lui toutes ces années et bien sûr je serai triste de ne plus échanger nos idées aussi régulièrement. Toutefois, je me console en me disant qu’il fera encore partie de ce grand mouvement pour accélérer un virage vert et durable, qui doit inclure tous les secteurs de la société dont les citoyens, les entreprises, les municipalités, les gouvernements et les investisseurs, qui ont un grand rôle à jouer » a déclaré Sidney Ribaux.

« Depuis 25 ans, je n’ai jamais été très loin d’Équiterre et cette décision est l’une des plus difficiles que j’aie eue à prendre » a expliqué Steven Guilbeault. « Ce fut un grand privilège de travailler depuis plus de dix ans au sein de l’équipe d’employés, de bénévoles et de militant-e-s dévoués, intéressés et intéressants, parmi lesquelles se trouvent plusieurs de mes ami-e-s. » a-t-il ajouté.

Toujours engagé pour l’environnement et la lutte aux changements climatiques

Après avoir fondé Équiterre avec Sidney Ribaux et quatre autres collègues, Steven Guilbeault y a œuvré pendant quelques années avant de se joindre à Greenpeace pendant 10 ans. En 2007, il est revenu chez Équiterre pour assumer le rôle de directeur principal et porte parole de l’organisme.

Steven Guilbeault poursuivra son travail engagé sur la lutte aux changements climatiques dans le secteur de l’investissement et des technologies, notamment les technologies propres et l'intelligence artificielle. Il consacrera ainsi son temps entre l’écriture d’un livre sur le rôle de l’intelligence artificielle dans la lutte aux changements climatiques, et ses activités de conseiller stratégique chez Cycle Capital Management ─ le plus important gestionnaire de fonds en capitaux de risque dédié aux technologies propres au Canada ─ ainsi qu’au sein de la firme de services-conseil spécialisée dans les enjeux d'économie verte et d’économie sociale, Copticom.

« J’ai toujours été intéressé au rôle des nouvelles technologies dans la lutte aux changements climatiques et je veux approfondir mes recherches sur l’incidence de l’intelligence artificielle dans ce domaine. Il y a un an, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, présentaient le besoin d’accélérer le financement en faveur de l’action climatique. Je partage l’idée que le secteur de l’investissement peut et doit jouer un rôle de premier plan face à la crise climatique et c’est pourquoi j’ai décidé d’offrir mon expertise et mes énergies aux acteurs de ce secteur », a déclaré Steven Guilbeault.

Équiterre garde le cap

« Équiterre poursuivra son travail d’influence et de mobilisation auprès des différents paliers gouvernementaux, pour faire adopter des politiques publiques ambitieuses et auprès des citoyens et entreprises, pour poser des gestes indispensables, en vue de lutter efficacement contre les changements climatiques », a assuré M. Ribaux.

Le directeur général de l’organisme environnemental a annoncé une réorganisation des responsabilités au sein de la direction d’Équiterre. Annie Bérubé, directrice des affaires gouvernementales, qui était déjà habituée d’intervenir dans les médias, sera plus souvent appelée à jouer ce rôle sur les dossiers de politiques publiques fédérales. Colleen Thorpe, directrice des programmes d’éducation, sera dorénavant porte parole sur certains dossiers comme la consommation responsable, l’alimentation durable et l'obsolescence. Enfin, Sidney Ribaux, qui demeure directeur général, assumera les autres responsabilités de porte parole principal et de représentations gouvernementales qu’assumait monsieur Guilbeault.

Équiterre compte 22 000 membres, qui lui procurent plus de 50 % de son financement et plus de 140 000 sympathisants qui participent à ses actions. L’organisme, qui fête ses 25 années d’existence, a des bureaux à Montréal, Québec, Ottawa et influence les politiques publiques fédérales et québécoises en environnement et lutte aux changements climatiques. Son siège social est situé dans la Maison du développement durable à Montréal, un bâtiment écologique exemplaire qu’il a contribué à mettre sur pied.

- 30 - 

Pour plus d’information et organisation d’entrevues :
Camille Gagné-Raynauld
Relations médias, Équiterre
Cell : 514-605-2000 | cgraynauld@equiterre.org

Flux d'information :