Skip to Content

Des documents rendus publics révèlent les efforts du Canada pour détruire les politiques sur les changements climatiques dans d’autres pays

Ottawa, 22 novembre 2010 - Des documents obtenus par le Réseau action climat, jamais rendus publics auparavant, révèlent que le gouvernement du Canada a établi une « stratégie de défense des sables pétrolifères » au ministère des Affaires étrangères. En vertu de cette stratégie, les représentants du gouvernement fédéral tentent systématiquement de détruire les politiques d’énergie propre et de lutte aux changements climatiques des autres pays afin de promouvoir les intérêts des sociétés pétrolières canadiennes.

Les conclusions sont contenues dans un rapport publié aujourd’hui par le Réseau action climat Canada, un réseau qui compte plus de 75 organisations non gouvernementales de premier plan au Canada.

« Nous avons la preuve que le gouvernement Harper intervient de façon agressive en Europe et aux États-Unis pour détruire les politiques d’énergie propre au nom de la promotion des sables bitumineux », de dire Graham Saul du Réseau action climat Canada. « Le Canada ne fait pas seulement qu’exporter du pétrole sale — nous exportons aussi des politiques sales. »

Le rapport documente une vaste preuve d’efforts de lobbyisme de la part des gouvernements du Canada et de l’Alberta contre les politiques d’énergie propre proposées dans trois juridictions : la Californie, les États-Unis et l’Europe. Ces documents obtenus par le biais d’une demande d’accès à l’information soulignent également une « stratégie de défense des sables pétrolifères » à grande échelle, et secrètement menée par le ministère des Affaires étrangères.

« Le Canada ne devrait pas mettre des bâtons dans les roues des pays et des États qui tentent de faire la bonne chose en allant vers un avenir qui mise sur les énergies propres », de dire Keith Stewart de Greenpeace Canada. « Greenpeace a mis sur pied un site pour les fonctionnaires fédéraux qui sont frustrés de voir que l’industrie pétrolière fait la pluie et le beau temps sur la politique énergétique et climatique du Canada et qui veulent nous aider à séparer pétrole et État. ». Le journal Hill Times d’aujourd’hui parle de ce site, et Greenpeace en fera la promotion tout au long de la prochaine année.

« Un gentil voisin ne tente pas secrètement de miner vos emplois et vos efforts pour le développement d'énergies propres visant à lutter contre les changements climatiques », de dire Susan Casey-Lefkowitz du Natural Resources Defense Council de Washington DC. « La course au pétrole extrait des sables bitumineux nuit non seulement à la forêt boréale – elle nuit aussi à l’avenir de l’Amérique du Nord en matière d’énergie propre. »

« Nous demandons aux gouvernements du Canada et de l’Alberta de cesser tous les efforts qu'ils mènent pour détruire les politiques d’énergie propre et les politiques climatiques dans d’autres pays », de dire Steven Guilbeault d’Équiterre. « Il s'agit d'une atrocité et d'une approche insouciante quant à la politique énergétique à laquelle on doit mettre fin. »

« À l’aube de la conférence de l’ONU sur le climat à Cancun, il est révoltant de constater que le gouvernement Harper, après avoir été critiqué pour ses faibles cibles de réduction et ses positions de négociation non constructives, tente de miner les politiques climatiques des autres pays et juridictions », a conclu Patrick Bonin de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

-30-

Source :

Hannah McKinnon
hmckinnon@climateactionnetwork.ca
613 276-7791

Éveline Trudel-Fugère
Équiterre
514 605-2000