Skip to Content

Des experts commentent les résultats des négociations sur le climat à Cancun

Cancun (Mexique), le 11 décembre 2010 - « Les résultats d’aujourd’hui chassent plusieurs fantômes de Copenhague. Même si le résultat est loin d’être parfait, les négociations sur le climat de Cancun ont permis de faire plusieurs pas vers l’avant, dont la mise sur pied d’un nouveau fonds global. Le Canada a été pointé du doigt par ses pairs pour être le dernier de classe, particulièrement quant à la seconde phase du Protocole de Kyoto. Mais, en raison de pressions importantes de la part des fonctionnaires de l’ONU, des députés et des groupes de la société civile, le ministre de l’Environnement John Baird n’a pas bloqué l’issue des négociations. Si le gouvernement de Stephen Harper veut faire mieux la prochaine fois, la recette est simple : des politiques climatiques fortes au pays donneront au Canada la crédibilité de prendre le leadership sur la scène internationale. Mais tant que le gouvernement va continuer de retarder les actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, il y a fort à parier que les critiques internationales se poursuivront. »
- Clare Demerse, l’Institut Pembina, 613-762-7449, Mexique : +52 1 998 107 3154

« D’importantes décisions ont été prises ici à Cancun quant à la réduction de le déforestation, le financement et le transfert de technologies. Malgré certaines faiblesses, cet accord va permettre au Protocole de Kyoto et à nos efforts collectifs de poursuivre la lutte contre les changements climatiques, et d’atteindre un accord juste, ambitieux et contraignant en 2011. Cela étant dit, cette entente est silencieuse sur le fossé important qui sépare les engagements pris par les pays et ce que la science exige en matière de protection du climat. Il s’agit d’un défi qui demandera un niveau sans précédant de volonté politique qui doit commencer par l’action au niveau national, une chose que le gouvernement Harper n’a pas encore réussi à démontrer. »
- Steven Guilbeault, Équiterre, 514-231-2650, Mexique : +52 1 998 188 3329

« Une majorité de Canadiens, de gouvernements provinciaux et de députés élus veulent de l’action pour lutter contre les changements climatiques. Heureusement, ici à Cancun, les pays ont contribué à mettre la table pour qu’un accord juste, ambitieux et contraignant soit conclu l’an prochain. Il appartient maintenant aux Canadiens de s’assurer que notre gouvernement agisse chez-nous et revienne aux prochaines rondes de négociations avec en mains de solides actions au pays. »
- Graham Saul, Réseau action climat Canada, 613.241.4413

« Malgré les efforts du Canada pour nuire aux négociations internationales sur le climat, le processus est sur la bonne voie pour l’atteinte d’un accord contraignant l’an prochain à Durban en Afrique du Sud. Cette décision appelle les pays développés à doubler leurs cibles de réduction d’émissions d’ici l’an prochain. »
- Virginie Lambert Ferry, Greenpeace Canada, 514-217-5438, Mexique : +52 1 998 215 8824

« Grâce à la pression citoyenne et internationale, le Canada a finalement cessé de nuire aux négociations. Par contre, le Canada s’est marginalisé et a perdu son influence sur la scène internationale. Il devra maintenant se rattraper en commençant par rapidement réduire ses émissions. »
- Patrick Bonin, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), (514) 594-1221, Mexique : +52 1 998 229 5594

« Bien que du progrès a été fait à Cancun, beaucoup de travail reste à faire quant à la mitigation et à l’adaptation par toutes les parties membres de la Convention-cadre des Nations unies sur le climat. Les peuples autochtones peuvent mettre leur expérience à contribution et proposer des solutions. Nous espérons que les nations autochtones pourront avoir un siège à la table des changements climatiques à Durban et au-delà. »
- Chef régional Eric Morris, Assemblée des Premières nations

« Cela aurait pu être pire. Le Canada a été non pertinent, plutôt que nuisible. Son insistance pour qu’on s’en tienne à l’Accord de Copenhague démontre bien qu’il n’accorde pas d’importance à la lutte pour le climat ou aux 350 000 vies perdues à chaque année en conséquence des changements climatiques. En raison de la pression exercée par les Canadiens, le Canada n’a pas réussi à obstruer le processus comme nous l’avions tous craint. »
- Amber Church, Délégation de la jeunesse canadienne

-30-

Pour plus d’informations:

Hannah McKinnon
hmckinnon@climateactionnetwork.ca
613.241.4413
Mexique: +52 998 108 1447
www.climateactionnetwork.ca

Marie-Eve Roy
Équiterre
514-378-0232
+52 1 998 202 9068 (au Mexique)
mroy@equiterre.org

# # #

Réseau action climat- Climate Action Network Canada est une coalition canadienne de plus de 75 organisations environnementales, religieuses, de développement, syndicales, des premières nations, de santé et de jeunes, toutes engagées à ce que le Canada agisse dans la lutte aux changements climatiques.