Skip to Content

Des leaders de tous les milieux réclament une action plus musclée du gouvernement fédéral dans la lutte aux changements climatiques

Toronto, 9 septembre 2008 – Une large coalition de leaders canadiens de tous les milieux, dont les anciens premiers ministres Kim Campbell, Paul Martin, Joe Clark and John Turner, les leaders du milieu académique, de la science, du monde des affaires, de la société civile et du milieu environnemental, s'unissent pour la première fois afin d'exiger des actions canadiennes plus sérieuses pour lutter contre les changements climatiques.

Le groupe, qui inclut aussi Stephen Bronfman, l'honorable David Peterson, le professeur David Keith, le professeur Andrew Weaver du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) et de l'Université de Victoria, le directeur national pour le Canada du syndicat des Métallos Ken Neumann, le Dr Marlo Raynolds de l'Institut Pembina, ainsi que Steven Guilbeault d'Équiterre, a publié aujourd'hui une déclaration conjointe identifiant ce qui doit absolument être fait au pays pour faire face à l'enjeu des changements climatiques.

« Je suis très préoccupé par le manque de leadership d'Ottawa dans le dossier des changements climatiques », a affirmé le très honorable Joe Clark. « Nous sommes à la remorque de pays comparables au nôtre et ne pouvons tout simplement pas nous permettre une énième ronde de réflexion et de déni sur notre positionnement lors de cette élection. Plus que jamais, nous avons besoin d'un engagement clair et honnête de toutes les parties pour mettre en place une loi sur le climat forte, simple et efficace », a-t-il ajouté.

Cette déclaration nécessite des efforts et des investissements immédiats pour assurer des réductions majeures des émissions afin de « développer des technologies respectueuses du climat à un rythme impressionnant ». Au-delà des débats partisans, les signataires de la déclaration s'entendent pour dire que la meilleure façon de profiter de l'ingéniosité du libre marché, c'est de mettre en place une bourse du carbone ou un système de taxation des émissions, ou encore une combinaison des deux, mais seulement si le prix du carbone est fixé à au moins 30 $ la tonne, et ce, à travers tout le pays.

« Cette déclaration est issue des meilleures données scientifiques et démontre une profonde compréhension de la réalité économique relative à la gestion des émissions de gaz à effet de serre. Pour faire face à la crise du climat, cette approche est jusqu'à maintenant la plus prometteuse et la plus viable que j'ai vue au pays », a affirmé David Keith, Directeur de l'Institute for Sustainable Energy, Environment and Economy, qui a collaboré à l'élaboration de ces nouvelles recommandations. « Nous avons besoin de mettre fin au débat sur la meilleure façon d'agir, les lois ou le marché du carbone qui nous fait perdre notre temps. Les pays qui sont en avance dans la lutte aux changements climatiques font les deux ».

L'annonce d'aujourd'hui est orchestrée par Canadians for Climate Leadership (CLC) et Équiterre. Le CLC est une nouvelle initiative non partisane qui vise à stimuler l'action politique à travers le pays par la mobilisation du public, l'éducation et la sensibilisation aux changements climatiques, l'utilisation de nouvelles technologies et l'analyse de politiques. CLC va donner le coup d'envoi à une nouvelle campagne publique, PowerUP Canada, demain, à Toronto.

« Dans la lutte aux changements climatiques, il y a toujours eu un grand vide de la part des plus hautes autorités politiques de ce pays », a dit la très honorable Kim Campbell. « Les Canadiens méritent et exigent davantage, et c'est pourquoi nous devons travailler ensemble pour mettre en place des lois et des politiques fortes et efficaces ».

CLC compte rencontrer les partis politiques de la scène fédérale pour discuter de cette déclaration et de ses recommandations quant aux politiques publiques à mettre en place. L'organisme continue d'inviter les leaders de tous les secteurs, de même que l'ensemble des Canadiens à faire consensus sur l'approche à adopter face aux changements climatiques.

« Devant le manque historique d'actions dans ce pays, plusieurs d'entre nous se sont sentis interpellés et ont choisi de s'unir et d'agir », a dit John Roy, un des fondateurs de la plus vaste entreprise d'investissements immobiliers au pays et un des initiateurs de cette déclaration. « Cette démarche est inspirée par une des raisons les plus fondamentales d'agir: comment puis-je regarder mes petits-enfants en face sachant que j'ai non seulement contribué au problème, mais que je n'ai absolument rien fait pour tenter de le résoudre ? ».

-30-

Pour informations:
Médias anglophones: Natalie Southworth, coordonnatrice des communications, CLC,(514) 509-1458

Médias francophones: Éveline Trudel-Fugère, Équiterre, 514-605-2000, etfugere@equiterre.org ou Marie-Eve Roy, 514-378-0232.

Fichier attachéTaille
Declaration Canadians for Climate Leadership.pdf87.48 Ko
Statement Canadians for Climate Leadership.pdf81.84 Ko
Signatories Signataires Declaration Canadians for Climate Leadership.pdf59.2 Ko