Skip to Content

Deux réseaux en parfaite complémentarité - La coopération entre le Québec et l'Ontario en matière d'électricité sera des plus fructueuses

Montréal, le 24 mars 2009 – La hausse des échanges entre les réseaux d'électricité de l'Ontario et du Québec pourrait aider les deux provinces à atteindre certains de leurs objectifs sociaux, économiques et environnementaux, estiment Équiterre et l'Ontario Clean Air Alliance (OCAA).

Équiterre et l'OCAA ont publié aujourd'hui une lettre conjointe adressée aux premiers ministres Charest et McGuinty dans laquelle ils demandent aux deux chefs de passer à l'action suite à leur engagement de juin 2008 visant d'augmenter les échanges d'électricité entre les deux provinces.

« Même si le Québec peut compter sur une impressionnante capacité de production hydroélectrique à faible coût, les exportations d'électricité d'Hydro Québec vers l'Ontario n'ont pas suffit à combler 1 % des besoins des foyers ontariens en 2008. Au terme des travaux de la nouvelle installation de raccordement de 1 250 mégawatts d'Hydro Québec et d'Hydro One en 2010, le potentiel de transfert d'électricité entre nos deux provinces augmentera de façon marquée », estime Jack Gibbons, président de l'OCAA.

« Les réseaux électriques de nos deux provinces sont faits l'un pour l'autre, confirme Steven Guilbeault, d'Équiterre. La demande de l'Ontario en électricité atteint des sommets durant les chaudes journées d'été, période durant laquelle le Québec a des surplus d'énergie hydro électrique. À l'inverse, la demande du Québec atteint des sommets durant les journées froides d'hiver, alors que l'Ontario risque fort d'avoir des surplus d'énergie éolienne au même moment. »

« L'augmentation du commerce d'électricité est-ouest permettra aux deux provinces de répondre mutuellement à leurs besoins en électricité, et par le fait même, de réduire le besoin de construire de nouvelles unités de production. Il s'agit aussi d'une façon pour le Québec de soutenir le plan d'élimination progressive du recours à l'énergie au charbon de l'Ontario, qui constitue d'ailleurs l'initiative de réduction des gaz à effet de serre la plus importante en Amérique du Nord », souligne M. Guilbeault.

Les gouvernements de l'Ontario et du Québec se sont engagés à intégrer plus étroitement leurs réseaux électriques durant la rencontre qui a eu lieu entre les deux cabinets en juin 2008 à Québec. Il faut maintenant s'assurer qu'un accord de coopération soit signé pour favoriser et promouvoir un transfert accru d'électricité entre les deux provinces.

« La bonne nouvelle est qu'Hydro Québec s'est déjà engagée à augmenter l'efficacité de la consommation énergétique du Québec. Sans construire un seul nouveau barrage, les investissements en efficacité énergétique libèrent des milliards de kW/h pouvant être exportés vers l'Ontario, explique M. Guilbeault. Des contrats d'électricité fermes assurent à l'Ontario un approvisionnement fiable en électricité renouvelable et donnent au Québec une source de revenus garantie pour lui permettre de financer ses hôpitaux et ses écoles », précise M. Guilbeault.

De plus, les réservoirs hydroélectriques du Québec peuvent offrir à l'Ontario une solution pour garantir la production des parcs éoliens en pleine expansion. En effet, lorsque le courant éolien est faible en Ontario, le Québec peut utiliser ses réserves hydroélectriques pour fournir de l'énergie de secours à sa province voisine. Lorsque les vents sont forts en Ontario, celle ci peut à son tour fournir de l'énergie au Québec, qui pourra s'en servir pour reconstituer ses réserves hydroélectriques en retenant l'eau. « La combinaison de la production éolienne de l'Ontario et des réservoirs hydroélectriques du Québec permettra de convertir la production éolienne intermittente de l'Ontario en une source fiable et stable d'électricité renouvelable pour l'ensemble des résidents ontariens », affirme M. Gibbons.

Pour télécharger la lettre conjointe d'Équiterre et de l'OCAA adressée aux premiers ministres Charest et McGuinty visitez le www.cleanairalliance.org.

-30-

Renseignements :

Évelyne Trudel-Fugère, Équiterre, 514 522 2000 poste 303 ou 514-605-2000
Jack Gibbons, Ontario Clean Air Alliance, 416 926 1907 poste 240

Fichier attachéTaille
Lettre_Jean_Charest.pdf43.55 Ko