Skip to Content

Élections à l’Ordre des agronomes du Québec : Équiterre offre sa collaboration à la présidence pour un virage vert essentiel en agriculture

positionequiterre_ordre_des_agronomes_2019.png

Montréal, le 10 mai 2019 - À la suite des élections aux postes de présidence et de vice-présidence de l’Ordre des agronomes du Québec, Équiterre tient à féliciter les nouveaux élus, monsieur Michel Duval et monsieur Pascal Thériault. Équiterre tient à réitérer son désir de travailler avec l’Ordre afin d’encourager et d’appuyer le milieu agricole dans sa transition essentielle vers une agriculture plus durable. « Le Québec doit résolument se tourner vers une agriculture qui permet de faire face aux importants défis environnementaux et sociétaux actuels, et l’Ordre a un rôle majeur à jouer dans cette transition » selon Colleen Thorpe, directrice générale par intérim d’Équiterre.

L’indépendance des agronomes : une préoccupation réelle


L’indépendance des agronomes a été questionnée ces derniers mois et constitue une préoccupation grandissante au Québec. À cette fin, la nouvelle direction de l’Ordre aura la mission première de rétablir pleinement la confiance du public envers ses membres. Ceux et celles qui conseillent nos agriculteurs ne peuvent servir les producteurs et l’industrie à la fois, tout comme le financement public de la recherche en agronomie ne peut servir à des centres de recherche non-indépendants.

« Les solutions de remplacement aux pesticides doivent faire partie des fondements même de la pratique agronomique pour assurer une agriculture à la hauteur des défis d’aujourd’hui et de demain. Afin de soutenir le travail du milieu agricole dans ce virage de taille, l’indépendance de la recherche doit être assurée en augmentant et en dirigeant les fonds de recherche sur l’impact des pesticides et les alternatives vers des chercheurs, instituts de recherche ou organismes 100 % indépendants de l’industrie et sans conflits d’intérêt », explique Claire Bolduc, membre du conseil d’administration d’Équiterre, et présidente de l’Ordre des agronomes du Québec de 1999 à 2005.

Le renouvellement de l’expertise des agronomes est aussi essentielle pour une transition réussie. Ces derniers doivent être à la fine pointe des solutions existantes et émergentes aux pesticides, notamment les alternatives d’intrants en agriculture biologique et les pratiques d’agriculture régénératrice comme solution aux changements climatiques. Pour ce faire, l’enseignement universitaire et la formation continue des agronomes doivent faire l’objet d’une réflexion au sein de laquelle l’Ordre des agronomes pourrait être un joueur clé.


- 30 -

Pour information :

Ryan Worms, directeur des communications
514 605-2000, rworms@equiterre.org

Flux d'information :