Skip to Content

Engagement de la Caisse de dépôt et placement du Québec dans la lutte aux changements climatiques : un signal fort selon Équiterre

Montréal, le 18 octobre 2017 – Équiterre a tenu à souligner l’engagement de la Caisse de dépôt et placements du Québec (CDPQ) dans le cadre de la lutte aux changements climatiques, suite à l’annonce aujourd’hui d’une série de mesures visant à augmenter les investissements de la Caisse dans les énergies renouvelables et les technologies propres, réduire ses émissions de GES, en plus de faire de la question des changements climatiques un élément central dans la prise de décision pour tous ses investissements.

« Lorsqu’un fonds d’investissement de l’importance de la Caisse de dépôt fait une annonce comme celle d’aujourd’hui, cela envoie un signal aux investisseurs de l’ensemble de la planète quant à l’importance de la lutte aux changements climatiques et l’influence stratégique que représentent les technologies propres et les énergies renouvelables pour l’avenir », a déclaré Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre.

La CDPQ a en effet annoncé aujourd’hui qu’elle va faire du climat l’un des trois piliers quant à la prise de décision pour ses investissements futur,s au même titre que les critères de rendement et ceux liés aux risques. De plus, la Caisse s’engage à augmenter de 50 % ses investissements sobres en carbone d’ici 2020.

Sur la question des GES, la Caisse s’engage à réduire l’intensité des émissions de son portefeuille d’investissement de 25 % d’ici 2025, en plus d’imposer un « budget carbone » à l’ensemble de ses équipes d’investisseurs.

« Ce faisant, la CDPQ envoie un message clair aux investisseurs et aux entreprises; l’avenir de l’énergie n’est plus dans les hydrocarbures, mais bien dans les technologies propres et les énergies renouvelables » a ajouté M. Guilbeault.

« Nous croyons qu’il s’agit d’un pas important en matière de lutte aux changements climatiques et nous invitons la Caisse à évaluer l’incidence de l’ensemble de ces gestes sur un scénario d’augmentation de la température globale entre 1,5°Celsius et 2°Celsius, comme celui de l’Accord de Paris », a conclu M. Guilbeault.

- 30 -

Renseignements

Dale Robertson, Équiterre
514 605-2000 drobertson@equiterre.org