Skip to Content

Équiterre met les citoyens au défi pour la Semaine nationale de l’agriculture biologique

Montréal, 17 octobre 2011 – Équiterre invite les citoyens à relever le défi d’ajouter  au moins un plat biologique à leur menu pour marquer la Semaine nationale de l’agriculture biologique qui se déroule du 15 au 22 octobre partout au Canada. Organisée par l’Association pour le commerce des produits biologiques et Cultivons biologique Canada, cet évènement veut démontrer les impacts positifs de l’agriculture biologique sur l’environnement.

Durant la semaine, Équiterre fera découvrir aux Montréalais ces légumes, parfois méconnus, que l’on retrouve dans les paniers de légumes des fermiers de famille dans le cadre d’ateliers de dégustations à la Maison du développement durable. «Chaque année, de plus en plus de citoyens choisissent les aliments biologiques et les aliments locaux en s’engageant auprès d’une ferme, ils ont ainsi davantage accès aux produits biologiques et locaux que ce qu’offrent les commerçants en général», explique Isabelle Joncas, chargée de projet du réseau des fermiers de famille chez Équiterre. Ce réseau permet à la population d’avoir accès à des aliments sains et locaux tout au long de l’année que ce soit des produits maraichers ou différents types de viande. Toutes les fermes sont certifiées biologiques ou en voie de l’être.

Si les Québécois ont franchi un pas important en matière d’achat local au cours des dernières années, la partie est loin d’être gagnée en ce qui concerne la disponibilité des aliments biologiques locaux dans la province. «Quatre-vingt-cinq pour cent des produits biologiques vendus au Québec proviennent de l’étranger », déplore Isabelle Joncas.

La coordonnatrice générale adjointe d’Équiterre, Isabelle St-Germain, croit « que la Semaine biologique nationale représente aussi une occasion de sensibiliser la population au sujet des impacts positifs de l’agriculture biologique sur l’environnement. Des études démontrent que cette pratique préserve les cours d’eau situés en zones agricoles. De plus, les fermes biologiques sont plus diversifiées et les travailleurs ne sont pas exposés aux pesticides ».

En plus de garnir son assiette d’aliments biologiques au cours de la Semaine nationale de l’agriculture biologique, Équiterre invite le public à signer le Manifeste du citoyen-mangeur. Ce document, destiné au ministère québécois de l’Agriculture, demande à notre gouvernement de favoriser l’accès à des produits locaux cultivés et élevés dans le respect de l’environnement en plus de mettre en place des mesures pour favoriser la relève agricole.

«Dans ce manifeste, nous sommons le gouvernement d’adopter un plan national d'alimentation responsable, comprenant des objectifs d'achat local pour les établissements publics comme les écoles, les hôpitaux et les garderies, de même que des cibles afin qu’une part croissante de ces aliments soient également biologiques», renchérit Isabelle St-Germain. Des citoyens remettront le Manifeste du citoyen-mangeur, cet automne, lors des auditions publiques tenues par le gouvernement du Québec sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire.

Les gens intéressés à devenir partenaire d’un fermier de famille pour obtenir des légumes ou de la viande biologiques pendant la saison hivernale peuvent se rendre sur le site d’Équiterre (www.equiterre.org/solution/fermier-de-famille) pour consulter les points de livraison ou communiquer au 1 877 272-6656, poste 294.

Pour en savoir davantage sur les ateliers de dégustations qui se tiendront les 17, 20 et 21 octobre, consulter le calendrier des événements d’Équiterre en ligne: www.equiterre.org/calendrier


-30-

Source
Émilie Vallières
Agente de relations médias, Équiterre
514-605-2000