Skip to Content

Équiterre réagit à l'annonce de la récusation des commissaires de l'Office national de l'énergie (ONÉ)

Le gouvernement Trudeau ne peut plus faire confiance à cette organisation

 

Montréal, 9 septembre 2016 - Équiterre a réagi à la suite de l'annonce de la récusation des deux commissaires qui avaient rencontré Jean Charest en 2015 en soulignant que le gouvernement Trudeau ne peut pas espérer s'appuyer sur les recommandations de cette organisation et prendre des décisions éclairées dans les dossiers des pipelines Énergie Est et TransMountain.

Outre l'apparence de conflits d'intérêts qui ont plané sur l'ONÉ au cours des dernières semaines, Équiterre souligne notamment :

- la décision de l'ONÉ de considérer la preuve de TransCanada comme étant « complète », alors que des informations essentielles sont toujours manquantes, notamment quant à la traversée de la rivière des Outaouais;

- l'incapacité des francophones de pouvoir faire des recherches détaillées par mots-clés en français dans la demande d’Énergie Est sur le site de l'ONÉ. En fait, l'ONÉ se soustrait à ses responsabilités sur le bilinguisme en laissant TransCanada se charger de cette question.

« L'ONÉ nous a fait la démonstration au cours des dernières semaines qu'elle ne peut pas faire le travail que le gouvernement Trudeau lui a demandé. Il faut suspendre les audiences et reprendre une fois que la loi sur l'Office national de l'énergie ainsi que le processus d'évaluation environnementale et de consultation publique auront été revus » a déclaré Steven Guilbeault, directeur principal d'Équiterre.

-30-

Pour plus d'informations :

Dale Robertson 514 605-2000