Skip to Content

Évaluation de l’oléoduc Kinder Morgan : Un rapport et des recommandations cosmétiques ne seront pas suffisants pour rétablir la confiance

Toronto, 2 novembre 2016 – Alors qu’un comité ministériel doit sous peu produire un rapport sur les résultats du processus intérimaire d’évaluation de l’oléoduc Kinder Morgan lancé à la hâte cet été, des groupes environnementaux du Canada ont envoyé aujourd’hui une note à leurs députés leur rappelant que ce processus reste fondamentalement entaché. Préparé par le Sierra Club B.C., Environmental Defence et Équiterre, le document indique que la population n’a toujours pas confiance envers le processus et qu’une réforme complète de l’ONÉ demeure la seule option acceptable.

« Le processus d’évaluation de Kinder Morgan a montré dès le départ un biais en faveur de l’industrie et a exclu la participation du public, de même que l’étude des impacts environnementaux et climatiques de ses délibérations. Malheureusement, en dépit des attentes, le panel nommé par le premier ministre Trudeau cet été, n’a pu remédier à ces importantes lacunes », a indiqué Caitlyn Vernon, directrice de campagne au Sierre Club B.C.

« La seule conclusion que le gouvernement fédéral peut tirer des interventions du public lors des consultations publiques estivales, c’est qu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour ce projet. 91 % des gens qui ont participé aux consultations s’y sont opposés, rejoignant quelque 210 000 signataires de pétitions, 22 municipalités de la Colombie-Britannique et 66 Premières Nations. »

Le Sierra Club B.C., Environmental Defense et Équiterre ont envoyé la note aux 338 députés fédéraux ce matin, mettant en lumière l’ensemble des lacunes qui ternissent le processus d’évaluation de l’ONÉ. La note révèle également les problèmes sérieux des consultations publiques qui ont été mises en place hâtivement cet été afin de récolter le point de vue des communautés affectées par Kinder Morgan et des Premières Nations. Sans mandat clair et sans structure formelle, ces consultations se sont avérées finalement être un défouloir collectif contre le projet d’oléoduc et son processus d’évaluation.

Le panel ministériel nommé par le premier ministre doit en principe remettre son rapport au ministère des Ressources naturelles cette semaine.

« Le premier ministre n’a pas tenu sa promesse d’évaluer le projet Kinder Morgan à travers un processus entièrement réformé », a souligné Patrick DeRochie, gestionnaire du programme Climat & Énergie à Environmental Defence. « Les Canadiens d’un océan à l’autre sont inquiets de Kinder Morgan parce qu’on ne peut faire confiance à l’ONÉ pour protéger nos terres, notre eau et notre climat ».

Lors du processus antérieur, l’ONÉ avait restreint la participation du public, ignoré les avis scientifiques et n’avait pas réussi à évaluer les impacts du projet sur la santé, ni à consulter adéquatement les Premières Nations. Le précédent gouvernement avait même nommé un ancien consultant de Kinder Morgan à l’office.

« Les Canadiens ont voté pour un nouveau gouvernement qui leur a promis de revoir en profondeur le processus de l’ONÉ et de recommencer l’évaluation des oléoducs incluant Kinder Morgan », a ajouté Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. « Au lieu d’un ONÉ reformé, nous nous retrouvons avec un comité ministériel sans mandat clair pour faire des recommandations, ce qui va miner encore davantage la confiance du public envers les institutions ».

Alors que le gouvernement fédéral doit prendre une décision finale sur le projet Kinder Morgan en décembre, les groupes environnementaux rappellent aux députés qu’un processus d’évaluation sans légitimité n’est pas un moyen efficace d’analyser objectivement les infrastructures d’énergie fossile à un moment où le Canada doit honorer ses engagements climatiques au plan national et international.

- 30 -

Pour plus d’information et pour les demandes d’entrevues, contactez :

Caitlyn Vernon, Sierra Club BC, (250) 896-3500; caitlyn@sierraclub.bc.ca
Tim Ehlich, Environmental Defence, (416) 323-9521 ext. 223; (647) 468-3641 (cell); ehlich@environmentaldefence.ca
Dale Robertson, Équiterre, (514) 605-2000; drobertson@equiterre.org