Skip to Content

Glyphosate : Monsanto a manipulé la science - Équiterre demande le retrait de l’homologation du glyphosate au Canada et une commission d’examen indépendante

GLYPHOSATE : MONSANTO A MANIPULÉ LA SCIENCE

Équiterre demande le retrait de l’homologation du glyphosate au Canada et une commission d’examen indépendante


 

Montréal, le 9 novembre 2018 ─ Des groupes de protection de la santé et de l’environnement ont mené une enquête préliminaire sur les ‘Monsanto Papers’ et ont révélé des preuves qui compromettent la ré-homologation du glyphosate pour 15 ans au Canada. Ces faits démontrent que le géant agrochimique Monsanto (maintenant Bayer) a manipulé la recherche publique pour réduire les liens entre le cancer et ce pesticide controversé, et que certaines de ces études frauduleuses ont été utilisées lors du processus de réévaluation du glyphosate au Canada.

Les groupes ont soumis cette preuve dans une lettre à la Ministre fédérale de la Santé, l’Honorable Ginette Petitpas-Taylor le 29 octobre. Équiterre demande le retrait de la ré-homologation de ce pesticide au Canada et qu’une enquête soit menée par une commission d’examen indépendante et publique de la décision.

Rappelons qu’en 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui est rattaché à l’Organisation mondiale de la Santé, a déclaré que le glyphosate est un « cancérogène probable ».

UNE ÉVALUATION COMPROMISE

« Une décision basée sur une science biaisée compromets l’évaluation des risques qui a mené à la décision de l’agence réglementaire de ré-homologuer le glyphosate. Ceci est une raison suffisante pour annuler la décision de ré-homologuer le glyphosate au Canada » déclare Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre.

« La loi canadienne encadrant les pesticides permet à la ministre de la Santé d’établir une commission d’examen dans de tels cas et de suspendre une ré-homologation jusqu'à ce qu'une décision définitive soit prise au terme de cet examen » précise M. Ribaux. « Ces révélations ne sont que la pointe de l’iceberg et notre enquête se poursuit au Canada » affirme Sidney Ribaux d’Équiterre. « Mais il en revient ultimement à la ministre fédérale de la Santé de faire enquête afin de démontrer l’indépendance et l’intégrité des faits scientifiques utilisés dans la réévaluation du glyphosate au Canada ».

DES ÉTUDES FRAUDULEUSES DÉVOILÉES

En août 2018, un jury en Californie a déterminé que l’exposition au glyphosate a contribué au cancer d’un citoyen dans le litige Johnson v. Monsanto Company. Ce procès, qui a révélé les ‘Monsanto Papers’, est l’un des milliers en cours aux États-Unis.

Lors de l’enquête préliminaire, certains documents et communications internes de Monsanto (courriels, messages textes, rapports, études, notes de service, etc.) ont été rendus publics. Ces documents ont démontré que Monsanto avait co-écrit des études scientifiques et mis en place une campagne de relations publiques d’importance afin de protéger la réputation de ses pesticides à base de glyphosate et minimiser les risques de cancer.

Les recherches d’Ecojustice démontrent que Santé Canada a utilisé certaines de ces études frauduleuses dans sa décision de ré-homologuer le glyphosate au Canada en avril 2017. Cette décision avait déjà été contestée lors du dépôt d’un avis d’opposition sous la Loi sur les produits antiparasitaires, représentant l’Association canadienne des médecins pour l’Environnement, Environmental Defence, Équiterre, la Fondation David Suzuki, et Prevent Cancer Now.

Information supplémentaire

Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au Canada et au monde. Il lutte contre les mauvaises herbes principalement dans la production agricole du canola, du maïs, du soya modifié génétiquement pour résister au glyphosate et est aussi épandu juste avant la récolte dans les cultures de blé, d’avoine, d’orge et plusieurs légumineuses.

Pour consulter la pétition lancée par l’organisme pour exiger une commission d’examen indépendante sur le glyphosate : equiterre.org/glyphosate

Pour consulter le document d'information pour les médias : La réévaluation du glyphosate par Santé Canada et les Monsanto Papers. 

- 30 -

Pour plus d’information et demandes d’entrevues :

Camille Gagné-Raynauld, relations médias, Équiterre
514 605-2000 | cgraynauld@equiterre.org