Skip to Content

La Ville de Montréal et la STM préoccupées par l’atteinte des objectifs de réduction des GES au Québec

Montréal, 19 septembre 2013 - Équiterre appuie la sortie aujourd'hui de la Ville de Montréal, alors que Josée Duplessis, présidente du comité exécutif et responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts, accompagnée de Michel Labrecque, président de la Société de transport de Montréal, a fait état du retard de la Ville quant à ses objectifs de réduction de GES.

En effet, les inventaires de juin dernier révélaient que, malgré les initiatives de tous les partenaires de la Ville, les émissions de GES avaient chuté de 6 % par rapport à 1990 alors que l'objectif de réduction est de 30 % pour 2020. Pour réduire d'encore 24 % les émissions de GES, il faudrait soustraire près de 4 millions de tonnes éq. CO2.

« La Ville de Montréal sonne l'alarme et réitère les défis qui attendent la collectivité montréalaise. La Ville doit être supportée par les gouvernements (fédéral et provincial) afin de déployer de véritables changements en aménagement et en transport en commun » s'indigne Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre.

À l’occasion de la Journée « En ville sans ma voiture », dont les activités se déroulent du 16 au 22 septembre, rappelons que les citoyens sont des acteurs de changement et ont le pouvoir d’agir pour modifier leurs habitudes de vie et contribuer aux atteintes de ces objectifs. « Malgré les efforts de la Ville de Montréal pour bonifier l'offre de transport en commun, l'autopartage, les transports actifs, il faudra faire beaucoup plus pour atteindre les objectifs en matière de réduction de GES », renchérit Steven Guilbeault, directeur principal d'Équiterre.


-30-

Pour plus de renseignements :

Julie Tremblay, relations médias, Équiterre
514-605-2000 / jtremblay@equiterre.org