Skip to Content

Le cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques : le début d’une nouvelle ère de collaboration pour la lutte aux changements climatiques

Ottawa, le 9 décembre 2016 – Le premier ministre et les premiers ministres des provinces et des territoires ont conclu aujourd’hui une entente historique sur la lutte aux changements climatiques au Canada. Les gouvernements ont rendu public le cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.

Ce plan climat fait suite aux engagements pris lors de la déclaration de Vancouver en mars dernier et représente une première étape afin de rencontrer, et même dépasser, notre cible de réduction des GES de 30 % en dessous des niveaux de 2005 d’ici 2030.

« Il s’agit là d’une étape importante franchie, nous avons maintenant un plan climat qui implique presque tous les secteurs de l’économie canadienne dans la réduction des GES au Canada », a déclaré Annie Bérubé, directrice des relations gouvernementales chez Équiterre. « Maintenant, l’important sera d’assurer une mise en œuvre rapide et efficace de ce plan, et de combler certaines lacunes. On constate entre autres que les secteurs des transports et de l’agriculture pourraient contribuer à une plus grande part de réduction de GES. L’électrification des transports en particulier représente une opportunité énorme pour le Canada, d’autant plus qu’elle soutient les investissement annoncés pour une électricité propre au Canada, » a-t-elle conclu.

« Alors que tous les secteurs de l’économie et l’ensemble des régions canadiennes se serrent la ceinture, on constate que les émissions reliées au secteur du gaz et du pétrole continuent d’augmenter, selon les projections rendues publiques aujourd’hui », a ajouté Steven Guilbeault, directeur principal chez Équiterre. « Grâce à ce cadre pancanadien, le Canada va clairement réduire sa consommation en gaz et en pétrole, tout en continuant d’exporter notre pollution carbone à l’étranger. Il s’agit là d’une incohérence dans nos politiques climatiques et ça remet en question notre crédibilité comme champion de la cause envers la communauté internationale », a expliqué M. Guilbeault.

Le cadre pancanadien annoncé aujourd’hui vient s’ajouter aux mesures prises par plusieurs provinces tels le nouveau plan sur le climat du Nouveau Brunswick, le plan climat de l’Alberta, l’élimination de la production d’électricité par le charbon en Ontario et le système d’échanges et de plafonnement entre le Québec et l’Ontario.

Ce plan renforce également les annonces récentes du gouvernement fédéral visant une réglementation des émissions des hydrofluorocarbures, la réglementation des centrales d’électricité alimentées au charbon, le développement d’une norme nationale en matière de carburants propres et le nouveau mécanisme de tarification du carbone. La somme de ces mesures aura pour résultat de changer la direction de la courbe de croissance des émissions de GES dans la direction de la transition énergétique et de la croissance propre.

Les faits saillants du cadre pancanadien comprennent :

  1. Un nouveau code du bâtiment afin que tous les nouveaux bâtiments (résidentiels et commerciaux) soient net-zéro au Canada d’ici 2030;
  2. Un code de performance pour les rénovations écoénergétiques débutant en 2022;
  3. Une entente pour développer une stratégie d’électrification des transports;
  4. Un engagement à développer un mécanisme de reddition de compte, à augmenter l’ambition de notre cible, et une évaluation annuelle des mesures.

On constate une diminution de 89 millions de tonnes de GES attribués aux mesures déjà en place, alors que les nouvelles mesures annoncées aujourd’hui seront responsables d’une diminution de 86 millions de tonnes de GES d’ici 2030.

- 30 -

Pour de plus amples informations :

Dale Robertson, relations médias, Équiterre
drobertson@equiterre.org
514 605-2000