Skip to Content

Le Canada est de retour! Et le monde attend de voir ce que cela signifie

PARIS (1er décembre 2015) - Le Premier ministre Justin Trudeau a aujourd’hui rassuré le monde en annonçant que « Le Canada est de retour », mais les Canadiens ne savent pas encore précisément ce que cela signifie.

Les groupes environnementaux et de la société civile à Paris se réjouissent d’entendre que le Canada aura un plan pancanadien pour réduire la pollution causée par le carbone dans les prochains 90 jours, mais nous voulons également savoir comment le Canada compte contribuer à l’Accord de Paris.

Sur une note positive, le Canada a annoncé une enveloppe financière considérable pour assister les pays en développement à se doter d’une économie basée sur les énergies renouvelables et pour les aider à s’adapter aux changements climatiques. Le premier ministre a souligné la contribution financière du Canada dans un fonds destiné à encourager l’innovation dans les énergies propres et pour la tarification du carbone au pays et à l’étranger ainsi que le besoin de répondre aux enjeux des pays les plus vulnérables. Si le Canada est sérieux dans son engagement à protéger les plus vulnérables, alors nous devons encourager l’ajout d’un objectif à long terme dans l’Accord de Paris afin de contenir le réchauffement global en deçà de 1,5 degrés Celsius.

Manquent aussi des propos du Premier ministre, les détails sur la manière dont le Canada s’y prendra pour que :

  • L’Accord de Paris tienne compte des besoins des pays les plus vulnérables qui ne peuvent pas s’adapter aux changements climatiques (ex. : les petits États insulaires en raison de l’augmentation du niveau de la mer ou les communautés côtières).
     
  • L’Accord de Paris inclut un mécanisme durable et dynamique permettant d’évaluer avant 2020 où se situent les pays par rapport à l’évitement de changements climatiques dangereux. Ce mécanisme doit aussi engendrer des réductions importantes de la pollution attribuable au carbone et inclure des procédures permettant de vérifier que nous accomplissons réellement ce que nous avons promis de faire.
     
  • La contribution financière du Canada de 2,65 milliards $ entraîne des investissements additionnels du secteur public et du secteur privé pour que la contribution totale du Canada s’élève à 4 milliards $ par année en 2020.
     
  • Il y ait un moyen pour garantir aux pays en développement un soutien financier prévisible après 2020. Un récent sondage en ligne effectué par OraclePoll auprès de 1500 Canadiens démontre que 70 % des Canadiens souhaitent que le gouvernement signe un accord global sur le climat qui soit légalement contraignant et 84 % des Canadiens veulent que le gouvernement crée des emplois dans le secteur des énergies renouvelables au pays.

-30-

Pour plus d’information :

Steven Guilbeault, Équiterre
514-212-6537 / (+33) 06 11 30 0323

Patrick Bonin, Greenpeace
514-594-1221 / (+33) 06 77 70 37 60

Alain Brunel, AQLPA
514-835-3402

Pour le Réseau Action Climat