Skip to Content

Les initiatives d’alimentation saine, locale et durable en milieu scolaire : un mouvement qui prend de l’ampleur!

Montréal, le 30 septembre 2016 – Une centaine de participants étaient réunis cette semaine pour le dévoilement des premiers résultats de la cartographie des initiatives d’alimentation en milieu scolaire sur l’île de Montréal. Ceux-ci ont été présentés dans le cadre d’un évènement de réseautage à Montréal et d’un webinaire qui faisait suite à la conférence Du changement au menu, pour contribuer à la mise en place d’une alimentation saine, locale, durable et universelle dans le milieu scolaire à travers le pays. La carte nationale d’alimentation scolaire a été lancée par De la ferme à la cafétéria Canada en 2015 et rallie à présent de nouveaux partenaires au Québec et à Montréal.

Au cours des derniers mois, le Collectif de la table des écoliers, appuyé par Québec en Forme et en partenariat avec le Club des petits déjeuners, a mené un sondage auprès des organismes qui offrent des activités contribuant à nourrir et éduquer les élèves sur l’alimentation saine, locale et durable dans les établissements scolaires de l’île de Montréal. Au total, à Montréal près de 30 organismes actifs dans 322 établissements scolaires (CPE, garderies, écoles primaires, secondaires, collèges et universités) ont inscrit à la carte nationale d’alimentation scolaire près de 47 programmes principalement dédiés à la promotion d’une saine alimentation, touchant 196 830 jeunes. Ces programmes comprennent entre autres :, le service de repas et de collations, l’entretien de potagers, des ateliers culinaires, des mesures d’approvisionnement local, etc. « Cela porte à 527 le nombre d’établissements participants au Québec, sur les 960 répertoriés à travers le Canada! C’est donc 327 511 élèves québécois qui ont participé en 2015 et 2016 à ces activités touchant aux saines habitudes alimentaires », s’est réjouie Marie Tellier, coordonnatrice du Collectif de la table des écoliers, en dévoilant les résultats.

« Les saines habitudes alimentaires, ça commence en bas âge et il s’agit d’un levier important pour prévenir les maladies coronariennes et favoriser la santé. Il était donc tout naturel pour nous de s’impliquer auprès des établissements scolaires », explique Micheline Turnau, administratrice de programmes, nutrition scolaire pour la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, un partenaire de la première heure de ces initiatives.

Des synergies qui portent fruit

Ce partage d’informations entre tous les acteurs du milieu fait naitre de belles synergies.
« L’idée était de travailler de manière plus concertée, de faciliter le partage de bonnes pratiques et de permettre aux différents organismes qui travaillent à accroitre l’alimentation saine, locale et durable dans les établissements scolaires d’avoir plus d’impact dans leurs actions », a déclaré Murielle Vrins, chargée de projets en alimentation institutionnelle chez Équiterre.

Selon les données de cet exercice montréalais, des opportunités de synergie ont été répertoriées notamment au sein de 28 établissements scolaires, alors que plus de deux organismes y organisaient simultanément des activités… sans nécessairement en être informés! De cette prise de conscience ont découlé de nouvelles collaborations, notamment entre le Club des petits déjeuners et La Tablée des Chefs.

« Comme nous menons des activités similaires dans les mêmes écoles, nous explorons de nouveaux arrimages avec la Tablée des Chefs. Puisque le Club des petits déjeuners valorise l’engagement des jeunes dans les écoles et que la Tablée des Chefs organise des brigades culinaires pour favoriser le développement des compétences culinaires auprès des mêmes clientèles, nous avons tout intérêt à arrimer nos expertises, pour le bénéfice de tous », a ajouté Judith Barry, directrice Impact et Solutions durables, pour le Club des petits déjeuners.

C’est également le cas des projets issus du travail de concertation initié par le Système alimentaire montréalais (SAM). En effet, afin de promouvoir les aliments locaux et biologiques dans les établissements scolaires de l’île de Montréal, le SAM, en collaboration avec Équiterre, la Commission scolaire Lester-B.-Person, soutenus par la Direction de la santé publique de Montréal, Québec en forme et le MAPAQ, ont développé un projet de financement dans les écoles, grâce aux fonds récoltés par la vente de paniers de légumes biologiques provenant de producteurs locaux, en plus d’outiller les services de garde à développer avec les jeunes des ateliers culinaires pour mieux connaitre et apprêter ces différents légumes.

Valérie Toupin-Dubé, passionnée d’alimentation saine et durable dans les établissements scolaires, récipiendaire de la bourse Laure Waridel 2015 et initiatrice d’École-o-champ, une trousse agro-environnementale éducative pour les écoles, a également vu dans cet exercice de mise en commun un outil à proposer aux écoles, aux professeurs et aux comités étudiants; ces derniers pourront apercevoir en un clin d’œil toutes les ressources à portée de mains pour développer des initiatives en milieu scolaire liées à l’alimentation et l’agriculture durable.

Écoles et services de garde : continuez de faire grandir le mouvement en inscrivant votre école ou service de garde sur la carte!

Octobre : le mois pour célébrer l’alimentation saine et locale!

Tout le mois d’octobre, se déroule le Mois De la ferme à l’école, à la grandeur du pays! Les enfants des services de garde (0-5 ans) ainsi que les élèves de la maternelle à la 12e année sont invités à célébrer l’alimentation saine et locale dans leur jardin, cafétéria, service de garde ou salle de classe, ou dans leur cuisine à la maison!

Des subventions de 1 500 $ seront remises pour l’occasion. Voir les détails pour participer.

- 30 -

Pour plus d’information :

Dale Robertson
Relations médias / Équiterre
514 605-2000 / drobertson@equiterre.org