Skip to Content

Prolongement de l’autoroute 25 - Les groupes écologistes dénoncent la décision du gouvernement Charest de commencer les travaux sans attendre la décision des tribunaux

Montréal, le 31 octobre 2007- Le Conseil régional de l'environnement de Montréal, Équiterre et Greenpeace dénoncent la décision du Gouvernement Charest de commencer les travaux du prolongement de l'autoroute 25 alors que le dossier est toujours devant la Cour supérieure du Québec et que le contenu de l'entente de partenariat public-privé n'a toujours pas été diffusé.

Pour André Porlier, directeur général du CRE-Montréal et porte-parole de la Coalition, « la décision du gouvernement Charest de faire fi de la démarche devant les tribunaux est téméraire et irresponsable puisque l'issue de ce procès pourra rendre caduque l'entente de partenariat public-privé et affecter l'avenir du prolongement de l'autoroute 25 ».

Rappelons que le Conseil régional de l'environnement de Montréal, les organismes Greenpeace et Équiterre, membres de la Coalition contre le prolongement de l'autoroute 25, ainsi que des citoyens ont déposé en mars 2006 à la Cour Supérieure du Québec une requête pour faire annuler tous les décrets gouvernementaux adoptés par Québec autorisant le prolongement de l'autoroute 25 et la construction d'un nouveau pont entre Montréal et Laval. Les requérants affirment que la procédure suivie, lors des audiences publiques du BAPE, était illégale puisque les plans et devis ainsi que toute l'information concernant les impacts environnementaux du projet n'étaient pas connus lors des consultations publiques tenues en 2005.

D'autre part, les groupes dénoncent le fait que le Gouvernement Charest n'ait toujours pas rendu public le contenu de l'entente du partenariat public-privé qui a été signée il y a déjà plusieurs semaines avec le promoteur. « Pourquoi le Gouvernement refuse-t-il de permettre à la population d'évaluer par elle-même si les termes du contrat avec le promoteur privé sont acceptables et si la part du gouvernement dans le projet est acceptable », questionne Steven Guilbeault, porte-parole d'Équiterre. « Le gouvernement manque de transparence dans la gestion du projet de l'autoroute 25 », renchérit-il.

-30-

Pour information :
André Porlier, CRE-Montréal : 514-842-2890 poste 224
Amélie Ferland, Équiterre : 514-792-5222
Leila Copti, Greenpeace : 514-933-0021, poste 13

Flux d'information :