Skip to Content

Réaction d'Équiterre aux propos du ministre des Affaires intergouvernementales, M. Claude Béchard, rapportés dans l'article « Climat: pas de guerre entre le Québec et l'Alberta » de la Presse Canadienne

Montréal, le 4 août 2009 - « Nous saluons les propos du ministre Béchard qui rappelle à juste titre que le Canada "ne peut pas se permettre d'être parmi les derniers de classe" dans la lutte aux changements climatiques, et qui réitère que le Québec compte se donner des objectifs de réduction "ambitieux" pour la conférence de Copenhague. Mais ce n'est pas partir en guerre que de rappeler qu'en matière de lutte aux changements climatiques, toutes les provinces doivent faire leur part.

Contrairement au Québec et aux autres provinces, l'Alberta n'a aucune intention de diminuer la quantité totale des émissions polluantes qu'elle émet aujourd'hui dans l'atmosphère avant l'horizon 2050. La croissance de ces émissions, issues du développement accéléré de l'industrie des sables bitumineux, efface tous les efforts des provinces comme le Québec.

L'objectif n'est pas d'isoler l'Alberta, mais bien de s'assurer qu'elle contribue de manière équitable et significative aux efforts communs dans la lutte aux changements climatiques, ce qu'elle ne fait pas à l'heure actuelle. Comme le ministre Béchard le rappelle lui-même, l'environnement ne connaît pas de frontière. C'est pourquoi toutes les provinces doivent faire leur part si on veut arriver à un résultat commun qui soit satisfaisant.

Par ailleurs, le ministre Béchard a bien raison également de rappeler que le Canada - et donc aussi l'économie québécoise - s'expose à de potentielles représailles commerciales si le pays ne met pas en oeuvre des plans ambitieux de réduction de ses émissions. Or, aucun plan ambitieux ne pourra être mis de l'avant par le Canada si l'Alberta ne fait pas sa part. », a exposé Hugo Séguin, coordonnateur- choix collectifs d’Équiterre.

-30-

Lire l’article de la Presse Canadienne.

Source:
Éveline Trudel-Fugère
Équiterre
514-605-2000