Skip to Content

Sommet de Québec sur le climat : les principaux groupes environnementaux saluent l’initiative des premiers ministres, mais appellent à une action urgente contre les sables bitumineux

14 avril 2015 (Québec) – Des groupes environnementaux de partout au Canada se félicitent de voir certains premiers ministres provinciaux travailler ensemble pour faire face à la question importante des changements climatiques. Les groupes saluent le fait que ces provinces reconnaissent la nécessité de faire la transition vers une économie faible en carbone (GES) et de mettre un prix sur le carbone. Les groupes environnementaux canadiens sont heureux de constater que certaines provinces ont déjà fait des progrès en affichant des objectifs ambitieux visant à réduire les émissions de GES et à sortir de la dépendance aux combustibles fossiles.

Tout en reconnaissant les avancées réalisées par certaines provinces, les groupes canadiens souhaitent rappeler aux premiers ministres qu’en dépit de leurs objectifs ambitieux, le Canada continuera d’être à la traîne tant que nous n’aurons pas une stratégie climatique nationale pour mettre un frein à la hausse des émissions de GES engendrées par les sables bitumineux, la principale source d’augmentation de nos émissions au pays.

« Alors que le reste des provinces s’efforce de sauver le navire, les fortes émissions de GES de l’Alberta continuent d’en trouer la coque », affirme Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada. « Les scientifiques affirment que 85 % des réserves de pétrole des sables bitumineux doivent rester dans le sol pour que le Canada fasse sa juste part dans la lutte contre les changements climatiques. Pour être de vrais leaders du climat, les provinces devront rejeter les pipelines de sables bitumineux et aider les provinces les plus polluantes à faire la transition vers une économie verte ».

Un rapport publié aujourd’hui par l’Institut Pembina montre l’importante hausse des émissions de carbone que génèrerait le pipeline de sables bitumineux Énergie Est. Une étude diffusée par Environmental Defence et Greenpeace la semaine dernière montre que la croissance de l’industrie des sables bitumineux rendrait pratiquement impossible l’atteinte des maigres objectifs du Canada en matière de réduction des émissions de GES. Selon l’étude, au rythme avec lequel la pollution augmente en Alberta, les émissions de cette province approcheront en 2020 le total combiné de l’Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique.

« C’est une simple question d'équité », affirme Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. « Pourquoi les leaders provinciaux adopteraient-ils une stratégie climatique et énergétique qui permettrait à l’Alberta de continuer à polluer tandis que des efforts importants sont déployés ailleurs pour réduire les émissions de GES? Plus de 25 000 personnes ont lancé ce message clairement samedi dans les rues de Québec et elles continueront de le répéter jusqu’à ce que nos gouvernements rejettent l’expansion des sables bitumineux une fois pour toutes », a-t-il ajouté.

« Des provinces comme l’Ontario et le Québec qui veulent faire preuve de leadership en matière de climat devraient s’assurer que la lutte aux changements climatiques soit au centre de toute stratégie énergétique. Les projets énergétiques qui augmentent considérablement les émissions de carbone devraient être rejetés au profit du développement d’énergies propres », indique de son côté Dale Marshall, responsable du programme national chez Environmental Defence. « Pour être approuvés, les projets énergétiques devraient réussir le test climatique. Le pipeline Énergie Est et autres projets polluants échoueraient sans aucun doute ce test ».

Les premiers ministres se réuniront à nouveau à St-John, à Terre-Neuve-et-Labrador, en juillet 2015. Ils devront intégrer le concept de transition pour s’affranchir de notre dépendance aux combustibles fossiles dans le cadre de la stratégie climatique et énergétique canadienne.

Les groupes signataires :

Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)
Climate Action Network-Réseau Action Climat Canada
Ecology Action Center
Environmental Defence
Équiterre
Greenpeace Canada
Fondation David Suzuki
Nature Québec
Regroupement vigilance hydrocarbures Québec RVHQ

- 30 -

Pour plus d’informations :
Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie, Greenpeace Canada : 514-594-1221
Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre : 514-231-2650
Dale Marshall, responsable du programme national, Environmental Defence : 613-868-9917