Skip to Content

TransCanada fait preuve de mauvaise foi selon Équiterre

Montréal, le 3 novembre 2015 - Équiterre estime que TransCanada fait preuve de mauvaise foi en tentant de faire progresser l'évaluation de son projet alors qu'elle sait que le gouvernement de Justin Trudeau va adopter de nouvelles règles en matière d'évaluation environnementale. En effet, lors de la campagne électorale fédérale, le premier ministre désigné Justin Trudeau s'est engagé à revoir les processus d'évaluation environnementale de grands projets notamment pour y inclure la question des changements climatiques.

« Il y a de cela à peine quelques semaines, M. Trudeau s'est engagé à ce que le projet Énergie Est soit réévalué en fonction de nouvelles règles fédérales en matière d'évaluation environnementale », a déclaré Steven Guilbeault d'Équiterre.

« Il y a quelque chose de très ironique dans le fait que TransCanada demande au gouvernement Obama de suspendre l'analyse du projet sur la base d'incertitudes quant au tracé aux États-Unis, mais que la compagnie insiste sur la nécessité de procéder ici, alors que les mêmes incertitudes planent quant au projet au Québec et au Canada », a ajouté M. Guilbeault.

Rappelons que sur l'ensemble des émissions de GES du projet, Énergie Est représenterait d'ajouter l’équivalent de 7 millions de voitures sur les routes du Canada, soit presque deux fois le parc automobile du Québec.

- 30 -

Pour plus d’information :
Dale Robertson
Relations médias Équiterre
514-605-2000 / drobertson@equiterre.org