Skip to Content

Un nouveau système pour la consigne au Québec - Une solution concrète pour l’environnement et la réduction des déchets, selon Équiterre

 

Montréal, 30 janvier 2020 – Équiterre salue l’ambition du gouvernement du Québec dans l’élargissement du système de la consigne. Le fait d’étendre la consigne à tous les contenants de boisson prête à boire de 100 millilitres à 2 litres, qu’ils soient en plastique, en verre ou en métal, permettra la récupération d’autant plus de matière. Cette modernisation attendue est nécessaire pour s’attaquer à la problématique de la gestion des matières résiduelles, qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

« Tant pour des raisons environnementales, sociales qu'économiques, l’élargissement de la consigne est une solution concrète pour redonner une juste valeur aux matières premières, accroître les taux de réutilisation et de recyclage et soutenir l’économie des valoristes », fait valoir Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre. « Dans le contexte d’un virage vers l’économie circulaire, la consigne contribue au fait de voir les contenants utilisés comme des ressources plutôt que des déchets. En transformant les perceptions et les habitudes, nous favoriserons leur réintégration dans un cycle de fabrication grâce au tri à la source, qui permet entre autres à la matière d'avoir une meilleure valeur ».

Pour favoriser la réduction à la source

Dans un contexte de crise climatique et de rareté de ressources naturelles, favoriser la réduction à la source est d'autant plus important. La consigne permet de diminuer le besoin de nouveaux contenants et donc l’extraction de ressources naturelles. Cette diminution signifie également une diminution des besoins énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre (GES) reliées au transport.

Du travail de sensibilisation à faire pour les changements de comportements

Bien que 91 % des Québécois sont en faveur de la consigne des bouteilles de vin (selon un sondage SOM 2017), il y aura du travail à faire auprès des citoyens pour bien faire comprendre ce nouveau système et pour encourager la participation.

« Les sondages nous démontrent une forte acceptabilité sociale pour ce type d’outil d’écofisaclité et leur efficacité économique est démontrée. Or, pour que la mise en oeuvre de ce nouveau système soit une réussite, il faudra débloquer les ressources nécessaires pour bien communiquer ces transformations à l’ensemble de la population québécoise », constate Mme Thorpe.

Pour aller plus loin

« L’élargissement du système de la consigne est un énorme pas dans la bonne direction, mais il faut aller plus loin. Il s’agira maintenant de s’assurer que le nouveau système favorise aussi le réemploi, notamment par une utilisation accrue des contenants à usage multiple », conclut Mme Thorpe.

« Les québécois exigent des changements majeurs. Des dizaines de milliers de citoyens ont signé des pétitions en faveur de la consigne sur les bouteilles de vin au cours des dernières années. Des annonces comme celle d’aujourd’hui viennent renforcer la détermination collective. »

- 30 -

Pour plus d’information ou organiser une entrevue :

Dale Robertson, Relations médias, Équiterre
drobertson@equiterre.org
514 605-2000

Flux d'information :