Skip to Content

La marche citoyenne contre les oléoducs et les hydrocarbures s’arrête dans la région de la Capitale-Nationale

Dates de l'événement: 
23 Mai, 2014 - 13:30 - 27 Mai, 2014 - 21:30

Du 10 mai au 14 juin, plusieurs dizaines de citoyens participent à une grande marche de 700 km entre Cacouna et Kanesatake dans le but de manifester leur opposition aux projets d’oléoducs de sables bitumineux et à l’exploitation des hydrocarbures au Québec et par le fait même, de sensibiliser les communautés directement concernées aux risques que présentent ces projets.

Les marcheurs s’arrêteront à Québec le 23 mai, Saint-Augustin-de-Desmaures (24 mai), Neuville (25 mai), Portneuf (26 mai) et Deschambault-Grondines (27 mai). Toute la population est invitée à se joindre à eux pour quelques kilomètres ou encore à venir échanger lors des spectacles et discussions engagées tenus en soirée.

Venez accueillir les marcheurs lors de leur arrivée dans la région, le vendredi 23 mai !

  • 13 h : Arrivée et accueil des marcheurs à Place de Paris (près de la Traverse Québec-Lévis). Détails sur la page de l'événement Facebook
  • 13 h 30 :  Départ de la marche dans le Centre-ville de Québec jusqu’à l’Assemblée Nationale
  • 19 h 30 : Soirée culturelle de solidarité au Centre communautaire Lucien-Borne (100 ch. Sainte-Foy). Plusieurs prestations d’artistes locaux. Musiques et danses traditionnelles autochtones. Spectacle gratuit. Détails sur la page de l'événement Facebook.

Pour connaître les détails de l’itinéraire et des différents points d’arrêt, consultez le site Internet de la Marche des peuples pour la Terre Mère. Il est possible de se joindre à la marche en tout temps, pour une journée ou davantage selon vos disponibilités.

Rappelons que s’il est accepté, le projet d’oléoduc de TransCanada transportera chaque jour 1,1 million de barils de pétrole de l’Alberta jusqu’à Cacouna en passant sous le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Saint-Augustin–de-Desmaures. Ces projets de pipeline ont comme finalité l'exportation du pétrole des sables bitumineux, un des pétroles plus polluants qui soit. Ils représentent des risques de déversements de pétrole, de contamination de la qualité de l’eau et des sols en plus de contribuer aux changements climatiques, sans apporter aucun bénéfice substantiel pour le Québec. Au moment où la planète en est arrivée à un seuil très critique concernant le climat, il est urgent et impératif d’abandonner les énergies fossiles et d’investir dans le développement des énergies renouvelables.