Skip to Content

Le véritable bilan des déversements de TransCanada

Équiterre n’arrive pas au même résultat que TransCanada quant au nombre de déversements de la compagnie. TransCanada aurait eu 412 déversements ou fuites entre 2004 et 2016, soit 29 % des déversements ou fuites au Canada! De plus, certains déversements ont eu lieu sur la portion « tuyau » de la canalisation.

Malgré la suspension du BAPE sur Énergie Est où plus de 300 mémoires et 4 000 commentaires ont été reçus, Équiterre vous présente de toutes nouvelles informations issues du mémoire que nous avons déposé. Nous abordons ici le bilan des déversements de la compagnie TransCanada.

Équiterre a fait l’analyse des déversements selon les données du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) (1). Parmi les déversements ou les fuites sur les pipelines et gazoducs au Canada entre 2004 et 2016, 412 sont imputés à TransCanada, soit 29 %! Ces déversements ou fuites se retrouvent sur le pipeline Keystone (portion canadienne du pipeline seulement), les gazoducs Canadian Mainline, Nova Gas Transmission Line et Foothills Transmission Line. Également, de ces 412 événements, 113 se sont produits sur la portion « tuyau » du pipeline ou du gazoduc et non pas au niveau des stations de pompage, de compression, de comptage, etc. Un élément qui va à l’encontre du discours de la pipelinière.

Plus particulièrement, nous avons fait l’analyse des déversements du pipeline Keystone. Depuis sa mise en fonction en 2010, 117 déversements ont eu lieu sur ce pipeline uniquement au Canada – nous nous sommes arrêtés à la frontière canadienne. La plupart de ces déversements se sont produits dans les trois premières années de fonctionnement du pipeline. De ces 117 déversements, 18 se sont produits sur le pipeline plutôt que dans les stations de pompage, aux bornes, etc. Cela semble peu, mais c’est beaucoup plus que l’absence de fuites sur la canalisation, comme l’a indiqué TransCanada lors de la première portion du présent BAPE!

Sur la portion américaine, la situation du pipeline Keystone ne semble guère plus reluisante. Le U.S. Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration (PHMSA) a envoyé, en novembre 2015, un avis à TransCanada concernant dix violations sérieuses des normes de sécurité du pipeline Keystone, ainsi qu’une ordonnance de conformité et une amende (2). Ceci aurait causé de la corrosion grugeant 60 % de l’épaisseur du tuyau. Pire encore, à deux endroits, le pipeline était corrodé jusqu’à devenir épais comme… un ongle! (3)  ». L’entreprise n’a pas fait meilleure figure quant à la rapidité des correctifs devant être apportés au pipeline. Ces informations concernant Keystone n’augurent rien de bon quant au pipeline Énergie Est qui aura une plus grande capacité de transport de pétrole, un plus large diamètre et une distance parcourue beaucoup plus grande que le pipeline construit en 2010.

(1) Bureau de la sécurité des transports du Canada. Statistiques de pipeline : www.tsb.gc.ca/fra/stats/pipeline/index.asp ET Bureau de la sécurité des transports du Canada. Dictionnaire de données – Évenements de pipeline à partir de janvier 2004 : www.tsb.gc.ca/fra/stats/pipeline/csv/dd-20150216.asp

(2) Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration. « Notice of Probable violation proposed civil penality and proposed compliance order », 20 novembre 2015 : http://primis.phmsa.dot.gov/comm/reports/enforce/documents/320155010/320155010_NOPV%20PCP%20PCO_11202015_text.pdf

(3) Notons que 1/64 pouce équivaut à 2/5 millimètre. Ibid. p. 2