Skip to Content

Recherche sur la souveraineté alimentaire, le commerce international et les politiques publiques

Plusieurs enjeux sont liés à l'agriculture et à l'alimentation à l'échelle mondiale. Selon un rapport du Conseil économique et social du gouvernement français (1) :

  • En 2006, 854 millions de personnes sont en état de sous-alimentation chronique, dont 820 millions dans les pays en développement, 25 millions dans les pays en transition et 9 millions dans les pays développés;
  • Les trois-quarts des personnes pauvres de la planète qui sont sous-alimentées sont des paysans producteurs de denrées agricoles;
  • La proportion d'enfants vivant dans la pauvreté a augmenté jusqu'à 21,9% au sein de la plupart des pays développés.

Dans un rapport paru en 2004, la FAO relevait que pas moins de 43 pays en développement dépendent d'une seule production agricole qui représente plus de 20% des recettes totales d'exportation de marchandises (2). La plupart de ces pays se trouvent en Afrique subsaharienne, en Amérique latine ou dans les Caraïbes.

En 2008, un rapport de l'Institute for Agriculture and Trade Policies révélait que :

  • le prix du maïs et de l'huile végétale a augmenté de 33% et de 50% respectivement en 2007, alors que le prix du blé a augmenté de 30%;
  • le prix des produits tropicaux a grimpé de 24%, en moyenne, la même année (3).

Cette hausse de prix s'est-elle traduite en une augmentation des revenus des producteurs agricoles? Non, et cela a même été tout le contraire, selon un rapport d'Oxfam paru en 2008 (4), aggravant ainsi la crise alimentaire actuelle.

La souveraineté alimentaire : un concept de plus en plus pertinent

La reconnaissance du rôle des pouvoirs publics et de l'importance de la régulation rejoint les constats qui ont été faits par plusieurs mouvements paysans, ONG et chercheurs. Ces derniers souhaitent consolider la souveraineté alimentaire des États dans le but de faire respecter le droit à l'alimentation et d'atteindre la sécurité alimentaire. Le concept est apparu par la voix de Via campesina au Forum mondial de l'alimentation en 1996. Il est maintenant en pleine émergence dans les discours et actions des organisations de la société civile au Canada et dans le monde.

 

Partenaires et bailleurs de fonds

Le CDPC participe à titre de partenaire du projet, c'est-à-dire qu'il s'implique dans la recherche documentaire, la rédaction et la révision de documents, le développement de la méthodologie et la planification des activités.

Équipe :

  • Chantal Blouin (chercheure principale) : coordination générale, recherche de financement, gestion des employés, recherche
  • Jane Imai (assistante)
  • Kausar Ashraf (assistante)
     

Le CRDI est un partenaire financier du projet dans le cadre du programme Partenariats canadiens. Il participe à l'accompagnement, à la planification et à l'exécution du projet; il appuie la formation et offre des services d'accès à ses ressources documentaires. Il collabore à la création de réseaux avec d'autres organisations canadiennes travaillant sur un sujet similaire.
 

Sources:

(1) Hacquemand, J., Faim dans le monde et politiques agricoles et alimentaires: bilan et perspectives, République française, Conseil économique et social, 2008, 137 p.
(2) FAO, La situation des marchés des produits agricoles, 2004
(3) Constantin, A. L., Turning High Prices into an Opportunity : What is Needed, IATP, Minnesota, 2008, 17 p.
(4) Oxfam, Double-edge prices, Lessons from the food price crisis : 10 actions developing countries should take, Oxfam International, 2008.

Flux d'information :