Skip to Content

Le transport rémunéré de personnes au service de la mobilité durable

Dans ce mémoire déposé à la Commission des transports et de l’environnement, Équiterre souligne quelques impacts potentiels du déploiement du transport rémunéré de personnes par automobile sur la congestion, les émissions de gaz à effet de serre et l’utilisation des transports collectifs et actifs.

Afin d’assurer la cohérence du projet de la loi 17 avec la Politique de mobilité durable du Québec ainsi que les objectifs nationaux de réduction des gaz à effet de serre, Équiterre est d’avis que les objectifs de réduction réduction de la congestion et des émissions polluants atmosphériques, notamment des gaz à effet de serre doivent être clairement inscrits au projet de loi. Soulignons également que plusieurs recherches récentes révèlent des impacts négatifs du déploiement massif de ces services de transport de personnes sur la congestion. Enfin, Équiterre émet des recommandations afin que le Québec soit mieux outillé pour analyser les impacts potentiels de l’arrivée massive de ces nouvelles mobilités et recommande que le projet de loi exige des opérateurs la transmission de leurs données opérationnelles anonymisées au ministère des Transports à des fins de planification du territoire, de planification des transports et de recherches. Équiterre met également de l’avant des mesures complémentaires qui devraient être mises en oeuvre pour contrer la congestion et réduire les GES du transport des personnes.

 

Fichier attachéTaille
memoire_equiterre_loi17.pdf466.63 Ko