Skip to Content

Autobus scolaire électrique

Rouler électrique jusqu'à l'école!

Le transport scolaire 101

Au Québec, quelques 8 000 autobus scolaires transportent environ 500 000 enfants de l’école à la maison chaque jour. Ces jeunes passeront en moyenne 180 h à bord au cours d’une année scolaire. À la fin du secondaire, cela équivaut à plus de 2 000 heures passées en transport scolaire.

Alors même que le Québec pourrait être un chef de file dans le développement du transport scolaire électrique, un nombre très faible d’élèves sont actuellement transportés en autobus électrique. Pourtant, le transport scolaire est un secteur particulièrement bien adapté à l’électrification, compte tenu de l’horaire des routes, de la fréquence d’utilisation des véhicules et des courtes distances effectuées, qui permettent notamment une longue période de recharge suffisante entre chaque utilisation.

Découvrez le témoignage passionné (et passionnant!) d'Alice Morel-Michaud en faveur de l'autobus électrique : 

Le diesel : dernier des cancres!

Au Québec, la grande majorité des autobus scolaires roulent au diesel. Souvent perçu comme une alternative moins polluante que l’essence ordinaire, ce type de carburant présente en réalité des impacts importants sur l’environnement et pour la santé humaine.

Saviez-vous qu’un autobus scolaire diesel produit en moyenne 0,89 kg de CO2 par km parcouru, soit l’équivalent de 23 tonnes par année? Véritable cocktail de substances nocives, les émanations du diesel sont composées de gaz toxiques et de très fines particules qui affectent la qualité de l’air, en plus de contribuer à la formation du smog. Comme les gaz d’échappements s’infiltrent dans la cabine, ils exposent les occupants à une quantité 3 fois plus élevée de polluants que s’ils effectuaient le même trajet à pied.

Fait inquiétant : il n’existe aucun niveau sécuritaire d’exposition au diesel chez les enfants, spécialement pour ceux souffrant déjà de maladies respiratoires!

D’autres effets du diesel sur la santé :

  • En s’infiltrant dans les voies respiratoires, les particules très fines peuvent causer plusieurs problèmes respiratoires et cardiovasculaires.
  • Les enfants seraient particulièrement vulnérables aux émissions du diesel qui amplifient les problèmes respiratoires tels que l’asthme, les bronchites ou autres infections pulmonaires et certaines allergies.
  • Plusieurs substances émises sont reconnues comme étant cancérigènes, et accroîtraient le risque de développer certains types de cancer (poumon ou vessie entre autres) d’environ 40 % lors d’expositions prolongées.
  • Les émissions de diesel engendrent des dommages génétiques des cellules animales et humaines.

L’autobus scolaire électrique : une alternative propre et locale!

Il existe une alternative au diesel et en plus elle est bien de chez nous! En effet, le seul autobus scolaire 100 % électrique disponible en Amérique du Nord est fabriqué au Québec par la compagnie électrique Lion. Actuellement doté d’une autonomie allant jusqu’à 150 km, cet autobus sera bientôt encore plus performant.

Le Québec a tout ce qu’il faut pour être un chef de file dans le développement du transport scolaire électrique. L’électricité québécoise est issue à 99,5% de source renouvelable - l’hydroélectricité -, est presque sans émissions de GES et à un prix abordable. L’électrification nous permettrait également de réduire notre dépendance au pétrole, l’un des principaux produit d’importation de la province.

Selon le gouvernement du Québec, l’électrification de 90 % du parc d’autobus scolaires entraînerait des réductions d’environ 2,37 millions de tonnes de GES, l’équivalent du retrait de 32 000 voitures à essence des routes. En plus des avantages sur l’environnement et la santé, ce type de transport présente plusieurs avantages non négligeables :

  • quasi-absence de bruit et d’odeurs
  • n’émet pas de vibrations
  • entraîne une baisse importante des coûts d'entretien pour les transporteurs
  • contribue à l’économie locale puisque la production des autobus est 100 % québécoise.

Comment électrifier le transport scolaire?

L’électrification des transports est au coeur des orientations gouvernementales, qui tendent à la fois vers une économie prospère et sobre en carbone. Plusieurs actions sont en cours pour développer des réseaux de transports électriques, tant pour les individus, les entreprises et les services publics, incluant le transport scolaire. L’appui gouvernemental à la transition du secteur scolaire se traduit par un programme de subventions à l’acquisition d’autobus scolaires électriques. Or, très peu sillonnent les routes du Québec à l’heure actuelle.

La raison est simple : un autobus électrique coûte plus cher à l’achat que celui qui roule au diesel et ce, malgré la subvention offerte par le gouvernement. L’écart restant demeure trop important pour donner un réel avantage économique aux autobus électriques. Pourtant, les économies sur l’achat de carburant et sur l’entretien pourraient amortir cet écart en six ans d’utilisation, si l’achat de carburant diesel n’était pas lui aussi subventionné.

30 millions de dollars sont alloués à l’acquisition d’autobus électriques, sur la période 2015 à 2020. À ce jour, seulement 8 millions $ ont été accordés pour l’achat de 64 autobus. C’est insuffisant pour atteindre les cibles gouvernementales de réduction de gaz à effet de serre, encore plus quand on sait que la subvention octroyée à l’achat d’autobus électriques vient de diminuer, augmentant l’écart de coût à absorber par le transporteur. Pour l’instant aucune autre mesure n’a été mise en place pour favoriser l’électrification des transports en milieu scolaire.

En savoir plus :

transportselectriques.gouv.qc.ca/
www.transports.gouv.qc.ca/fr/aide-finan/electrification/soutien-deploiement-autobus-scolaires/Pages/autobus-scolaires.aspx
ici.radio-canada.ca/nouvelle/1092325/electrification-transport-scolaire-quebec-autobus-lion-subvention
roulezelectrique.com/autobus-scolaires-electriques-plutot-subventionner-le-diesel/

Sources :

Canada (décembre 2005). Évaluation des niveaux de polluants émis par les moteurs diesel lors du transport des écoliers en autobus scolaire. Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le ministre de Santé Canada, SC Pub.

Noel, L. & McCormack R. 2014. A cost benefit analysis of a V2G-capable electric school bus compared to a traditional diesel school bus. Applied Energy, vol 126, p. 246-265.

Gouvernement du Québec (2015). Propulser le Québec par l’électricité : Plan d’action en électrification des transports 2015-2020. Ministère des Transports du Québec.

Steiner, S., Bisig, C., Petri-Fink, A. et Rothen-Rutishauser, B. (2016). Diesel exhaust : current knowledge of adverse effects and underlying cellular mechanisms. Arch Toxicol, vol 90, p.1541–1553, DOI : 10.1007/s00204-016-1736-5.

Transports Québec (2015). Programme de soutien au déploiement des autobus scolaires électriques au Québec. Gouvernement du Québec : Direction du transport terrestre des personnes.

Wargo, J. (2002). Children’s Exposure to Diesel Exhaust on School Buses. Environment and Human Health, Inc.,